Des femmes, Antoinette Fouque
Nouvelles
Clarice Lispector

Alors qu’elle n’a pas vingt ans, Clarice Lispector (1920-1977) publie son premier roman Près du cœur sauvage. La critique salue la naissance d’une grande écrivaine. Son œuvre, publiée presque entièrement en France par les éditions Des femmes-Antoinette Fouque, est composée de fictions, de nouvelles, de chroniques et de contes qui font entendre une voix unique que cerne une écriture d’une précision implacable.

Clarice Lispector

Clarice Lispector

Nouvelles

édition complète

Édition complète établie par Benjamin Moser
Introduction et notes de Benjamin Moser traduites de l’anglais par Camille Chaplain. Huit traductrices et traducteurs du Portugais (Brésil).

Prix : 23 €

La présente édition rassemble pour la première fois en un seul livre l’ensemble des nouvelles écrites par Clarice Lispector au cours de sa vie, grâce au travail de son biographe Benjamin Moser qui a effectué de longues recherches au Brésil pour restituer leur chronologie et retrouver des textes demeurés jusque-là inédits. On y retrouve donc les nouvelles des recueils suivants publiés par les éditions des femmes-Antoinette Fouque : La Belle et la Bête suivi de Passion des corps, traduit par Claude Farny et Sylvie Durastanti (1984) ; Liens de famille (1989) et Corps séparés (1993), traduits par Jacques et Teresa Thiériot (1989) ; des nouvelles figurant dans La Découverte du monde, recueil de chroniques traduites par Jacques et Teresa Thiériot (1995) ; Où étais-tu pendant la nuit, traduit par Geneviève Leibrich et Nicole Biros (1985). À cela, s’ajoutent dix nouvelles inédites traduites par Claudia Poncioni et Didier Lamaison.

« Dans ces quatre-vingt-cinq histoires, Clarice Lispector révèle, avant tout, l’écrivain elle-même. Des promesses de l’adolescence, en passant par l’assurance de la maturité, à la désagrégation d’une artiste tandis qu’elle approche de la mort – et qu’elle la convoque -, nous découvrons la figure, plus grande que la somme de chacune de ses œuvres, qui est objet d’adoration au Brésil. […]
De la première histoire, publiée alors qu’elle avait dix-neuf ans, à la dernière, découverte sous forme de fragments disparates après sa mort, nous suivons une vie entière d’expérimentation artistique au travers d’un large éventail de styles et d’expériences. […] Sa littérature est un art qui nous fait désirer connaître la femme ; elle est une femme qui nous fait désirer connaître son art. Le présent ouvrage offre une vision des deux à la fois : un portrait inoubliable, dans et par son art, de cette grande figure, dans toute sa tragique majesté. » B.M

  • Octobre 2017
  • 475 p.
  • 23 €
  • EAN 9782721006769

La Presse en parle

(…) Ses nouvelles percent à jour tout ce qui lui tombe sous le regard. A commencer par la condition des femmes, sournoisement scandaleuse, qu’elle décortique de sa plume nacrée. (…) C’est un cri poussé dans une langue poétique follement inventive, et pourtant d’une grande simplicité » .

Marine Landrot, Télérama, 8 novembre 2017, lire l’article

La modernité et l’élégance de sa plume se combinent avec une réappropriation très personnelle de la mystique juive européenne et une indéniable virtuosité narrative. (…) Du grand art.

B.L., L’Express, 15 novembre 2017, lire l’article

Clarice Lispector fut aussi une femme de combat(s). (…) Très tôt, elle ironise sur le machisme de la société brésilienne. Dix ans plus tard, elle raconte la mise sous silence des femmes. (…) Avec Nouvelles, on assiste à l’éclosion d’un grand génie de la littérature moderne.

Serge Bressan, Le Quotidien du Luxembourg, 17 novembre 2017, lire l’article

Au-delà de la grande écrivaine dont on suit l’évolution, des promesses de l’adolescence à la maturité puis la désagrégation, en lisant l’ensemble de ces nouvelles, c’est une personnalité exceptionnelle que nous découvrons.

Patrick Corneau, Le lorgnon mélancolique, 6 novembre 2017, lire l’article

Comparée à raison à Tchékhov, Lispector est du niveau de la Prix Nobel Alice Munro. Une merveille.

François Kasbi, Valeurs Actuelles, 16 novembre 2017, lire l’article

Bibliographie

Aux éditions des femmes-Antoinette Fouque

Autres éditeurs

  • Le Bâtisseur de ruines, Gallimard, 1970
  • Le Seul Moyen de vivre, Lettres, Rivages, 2012