Des femmes, Antoinette Fouque
Email this to someonePrint this pageTweet about this on TwitterShare on Facebook
Un apprentissage ou Le livre des plaisirs
Clarice Lispector

Alors qu’elle n’a pas vingt ans, Clarice Lispector (1920-1977) publie son premier roman Près du cœur sauvage. La critique salue la naissance d’une grande écrivaine. Son œuvre, publiée presque entièrement en France par les éditions Des femmes-Antoinette Fouque, est composée de fictions, de nouvelles, de chroniques et de contes qui font entendre une voix unique que cerne une écriture d’une précision implacable.

Clarice Lispector

Clarice Lispector

Un apprentissage

ou Le livre des plaisirs

Traduit du brésilien par Teresa et Jacques Thiériot

Prix : 15,75 €

Lori est institutrice, Ulysse, professeur de philosophie. Leurs rendez-vous s’inscrivent dans un quotidien banal. Mais elle est Lori-Lorelei, une sirène, et lui est le sage Ulysse qui vit à distance, voyageur immobile qui attend la femme, l’observe à chaque étape de sa quête du monde et d’elle-même. À partir d’éléments autobiographiques et dans un climat de rituel initiatique, l’auteure tisse le fil d’une histoire d’amour insolite, invitant le lecteur à se dépouiller de ses propres images pour entrer dans ce langage destiné à retrouver, à inventer l’autre.

« Et maintenant c’était elle qui sentait l’envie de rester sans voir Ulysse, un certain temps, pour pouvoir apprendre, seule, à être. Déjà deux semaines avaient passé et Lori ressentait un manque si grand que c’était comme une faim. Qui ne passerait que si elle mangeait la présence d’Ulysse. Mais parfois le manque était si profond que la présence, calculait-elle, serait insuffisante ; elle voulait absorber Ulysse tout entier. » C.L.

  • 1992
  • 190 p.
  • 15,75 €
  • EAN 9782721004260

La Presse en parle

Comme toutes les héroïnes de Clarice Lispector, Lori est une femme qui vit le monde en elle, comme si n’était vrai que ce qui laissait une trace sensuelle dans son corps, et comme si tout ce qui la marquait dans sa chair ou son cerveau était nécessairement vrai. […] Les personnages de Clarice Lispector ont cette capacité de rendre sacrés, extraordinaires, les événements les plus quotidiens, ce qui à la fois complique les choses (puisqu’elles perdent de leur évidence naturelle) et les simplifie (en les intégrant dans un monde où elles ont une place claire).

Mathieu Lindon, Libération, 2 juillet 1992

Bibliographie

Aux éditions des femmes-Antoinette Fouque

Autres éditeurs

  • Le Bâtisseur de ruines, Gallimard, 1970
  • Le Seul Moyen de vivre, Lettres, Rivages, 2012