Des femmes, Antoinette Fouque
Un souffle de vie
Clarice Lispector

Alors qu’elle n’a que vingt-trois ans, Clarice Lispector (1920-1977) publie son premier roman Près du cœur sauvage. La critique salue la naissance d’une grande écrivaine. Son œuvre, publiée presque entièrement en France par les éditions Des femmes-Antoinette Fouque, est composée de fictions, de nouvelles, de chroniques, de contes et de correspondance qui font entendre une voix unique que cerne une écriture d’une précision implacable.

Clarice Lispector

Clarice Lispector

Un souffle de vie

(pulsations)

Traduit du portugais (Brésil) par Jacques et Teresa Thiériot

Prix : 12,25 €

Livre posthume, livre-testament certes, Un Souffle de vie est aussi un contrepoint fulgurant à tout ce que Clarice Lispector a publié de son vivant. Si les chroniques de La Découverte du monde révélaient certains de ses processus de création, ici ce sont des matériaux presque bruts, analogues aux « fusées » baudelairiennes, qui irradient toutes les questions angoissées que s’est toujours posées Clarice face à Dieu, au temps, au monde et à son histoire, aux êtres vivants ou inanimés.

Même si elle n’est pas saisie consciemment, l’approche de la mort aiguise ces interrogations : comment finalement résoudre l’énigme de toute création ? Qu’est-ce que la mort ? Imaginant un dialogue entre un auteur et la femme personnage à qui il donne « un souffle de vie », Clarice, entre ces deux miroirs, se dédouble à l’infini et, une dernière fois et à jamais, nous éblouit par tous les éclats de son écriture et finalement nous propose le mot « vie » comme réponse à nos propres questions.

  • 1998 (Réédition novembre 2018)
  • 208 p.
  • 12,25 €
  • EAN 9782721006936

La Presse en parle

Ainsi, avec Un souffle de vie, ouvrage posthume, s’achève la publication en français de l’œuvre de Clarice Lispector, l’un des grands écrivains brésiliens et le plus singulier : une sorte de Simone Weil qui aurait été tentée par la fiction. […] Dans son dernier ouvrage, deux personnages qui sont à peine des personnages : l’Auteure, et cette créature à laquelle il a insufflé un peu de vie, Angela. Ils mènent le dialogue que Lispector poursuit avec elle-même – pareille à ces acteurs d’une très forte personnalité qui sont davantage eux-mêmes que le personnage de la pièce. Hector Bianciotti, Le Monde, 17 avril 1998

 

Un souffle de vie (pulsations) oppose sans cesse la possibilité d’une écriture qui dirait directement la respiration commune à tous les êtres vivants, qui ferait résonner la vibration et l’électricité du monde. Luciano Brito, En attendant Nadeau, 19 décembre 2019

Bibliographie

Aux éditions des femmes-Antoinette Fouque

Autres éditeurs

  • Le Bâtisseur de ruines, Gallimard, 1970
  • Le Seul Moyen de vivre, Lettres, Rivages, 2012