Des femmes, Antoinette Fouque
Liens de famille
Clarice Lispector

Alors qu’elle n’a que vingt-trois ans, Clarice Lispector (1920-1977) publie son premier roman Près du cœur sauvage. La critique salue la naissance d’une grande écrivaine. Son œuvre, publiée presque entièrement en France par les éditions Des femmes-Antoinette Fouque, est composée de fictions, de nouvelles, de chroniques, de contes et de correspondance qui font entendre une voix unique que cerne une écriture d’une précision implacable.

Clarice Lispector

Clarice Lispector

Liens de famille

Nouvelles traduites du brésilien
par Teresa et Jacques Thiériot

Prix : 17,75 €

Voici une galerie de personnages saisis, tous oscillant sur un fil précaire qui surplombe l’abîme. À chaque instant, la violence latente sourd, les regards se croisent comme des épées au cours des repas de famille ou dans la rue, avec les mêmes pulsions, les mêmes mouvements tétaniques de répulsion ou de haine, d’angoisse ou d’effroi, masqués par les convenances. L’écriture permet, elle, de rompre avec le convenu et de percer la vérité sous les masques.
Les liens de famille sont un kaléidoscope où, de crainte de sombrer dans le vertige, les êtres se replient au sein de la famille. La révélation n’aura été qu’un fugitif éclair. Mais, cette révélation, Clarice Lispector, avec son regard cruel et attendri, ironique et tragique, la surprend et la livre dans un pétillement d’humour.

  • 1989
  • 220 p.
  • 17,75 €
  • EAN 9782721003843

La Presse en parle

Ligotées par les liens de famille, étrangères à leur propre destin, à leur propre maison, les créatures de Clarice Lispector apparaissent comme des femmes captives du même univers de désespérance secrète et silencieuse. […] Par bonheur, et avec une immense miséricorde, Clarice Lispector sait observer l’aridité aussi bien que le dévergondage de ces cœurs. Comme dans ses précédents recueils – La Belle et la Bête, Passion des corps -, elle s’emploie à traverser les apparences au moyen d’un regard-sonde relayé avec talent par une écriture précise, parfois féroce, mais non exempte de tendresse.

Anne Bragance, Le Monde, 13 octobre 1989

 

Bibliographie

Aux éditions des femmes-Antoinette Fouque

Autres éditeurs

  • Le Bâtisseur de ruines, Gallimard, 1970
  • Le Seul Moyen de vivre, Lettres, Rivages, 2012