Des femmes, Antoinette Fouque
OR
Hélène Cixous

Née à Oran, en Algérie, Hélène Cixous a participé à la fondation de l’université de Vincennes (Paris 8) en 1968, où elle crée en 1974 le doctorat d’études féminines. Elle est l’auteure d’une œuvre importante composée de près de soixante-dix textes de fiction, d’essais et de pièces de théâtre, parus principalement aux éditions Grasset, des femmes-Antoinette Fouque et Galilée. Elle a reçu le prix Médicis en 1969 pour Dedans.

Hélène Cixous

Hélène Cixous

OR

les lettres de mon père

Prix : 12,75 €

« Je n’ai jamais reçu de lettres de mon père, ni de son vivant, ni de sa mort, pendant quarante ans pas une lettre pensai-je à peine et doucement, sans remuer les lèvres de crainte de chasser par un frémissement le passé encore posé sur le coin de la table, les ailes à demi fermées encore pour quelques instants. Quelque chose de doux et de silencieux va s’en aller et ne jamais revenir.
Et voici devant moi entassées par centaines ses apparitions, je les vois respirer, sous la poudre de poussière des centaines de lèvres, et elles vont s’ouvrir, un geste de moi, elles vont laisser échapper la voix de mon père le vrai, celle dont je n’avais jamais vu les traits, le pas est vif, la courbe nette. […] Et maintenant modestes puissantes nombreuses elles attendent entassées dans le carton marque BébéConfort un geste de ma part, les recueillerai-je, les accueillerai-je, les lettres de mon père. » H.C.

  • 1997
  • 198 p.
  • 12,75 €
  • EAN 9782721004666

La Presse en parle

Rien n’empêche la narratrice, rien ne lui interdit d’ouvrir les lettres, de les lire ; mais elle craint de ne pas y retrouver son père et, davantage, de ne pas s’y retrouver. Alors, elle essaye de recoller les images jaunies, de saisir les sensations fuyantes comme du mercure dont la conscience – là-bas, jadis, dans le pays d’enfance – a eu la perception sans en posséder la maîtrise ; et qui, cependant, ont fondé l’être qu’elle allait devenir.

Hector Bianciotti, Le Monde, 6 juin 1997

Bibliographie

Aux éditions des femmes-Antoinette Fouque