Des femmes, Antoinette Fouque
Déluge
Hélène Cixous

Née à Oran, en Algérie, Hélène Cixous a participé à la fondation de l’université de Vincennes (Paris 8) en 1968, où elle crée en 1974 le doctorat d’études féminines. Elle est l’auteure d’une œuvre importante composée de près de soixante-dix textes de fiction, d’essais et de pièces de théâtre, parus principalement aux éditions Grasset, des femmes-Antoinette Fouque et Galilée. Elle a reçu le prix Médicis en 1969 pour Dedans.

Hélène Cixous

Hélène Cixous

Déluge

Prix : 15,75 €

« Où nous surprend le déluge ?
Un soir d’avril, au coin d’une rue, tout d’un coup, le deuil tombe sur elle avec une violence d’orage. La roue a tourné. À nouveau le deuil s’est déchaîné. Le deuil pleure sans qu’elle puisse rien. On n’a jamais vu autant de larmes. Elles ne rencontrent pas de résistance. Cela ne dépend pas de nous. Elles s’élancent. Nous, nous ne voulons pas pleurer, mais le deuil n’écoute que ses propres désirs, si puissants, si anciens. Une affliction infinie emporte notre tragédie dans son déferlement. Cent deuils se jettent dans ce deuil. Non, ce n’est pas toi que nous pleurons, ce n’est pas nous qui te pleurons, le deuil pleure en nous le meilleur de nous-mêmes. Pleure l’éternité. Le lendemain, les mêmes eaux donnent naissance. Ce qui aura agonisé dans ce livre c’est le Deuil. » H.C.

  • 1992
  • 236 p.
  • 15,75 €
  • EAN 9782721004314

La Presse en parle

La violence et la passion du déluge sont ici celles de l’impuissance : comme Titus perd Bérénice, David perd Ascension. Elle-même se perd dans le rêve. Comme si, ainsi, elle pouvait cesser de mourir… Souvenir de lire – les Nibelungen wagnériens -, envie d’écrire – des morts, des séparations et des réconciliations. Tel est Déluge.

V.T., L’Événement du jeudi, 23 juillet 1992

Bibliographie

Aux éditions des femmes-Antoinette Fouque