Fundador
Nélida Piñon

Nélida Piñon, née en 1937 à Rio de Janeiro dans une famille d’origine galicienne, est une des grandes figures de la littérature brésilienne contemporaine. Première femme à présider l’Académie brésilienne des lettres, elle fut aussi, en 1995, la première autrice de langue portugaise à recevoir le prix Juan Rulfo. En 2005, le prestigieux prix Prince des Asturies de littérature la récompense pour l’ensemble de son œuvre composée d’une trentaine de romans, nouvelles, essais, chroniques… Ses livres sont publiés en près de trente langues à travers le monde. Les éditions des femmes– Antoinette Fouque ont entrepris de la faire connaître en France depuis 1987.

Nélida Piñon

Nélida Piñon

Fundador

Traduit du brésilien par Violante do Canto et Yves Coleman

Prix : 20,50 €

« Fundador – le fondateur d’une ville et d’une race -, Johanus, le jeune conquérant inconsistant et Joe Smith, le révolutionnaire en herbe, sont-ils les trois incarnations du même homme ? Le cartographe Teodorico, qui réinventait le monde et distribuait les terres selon sa fantaisie, Stamponato, le vieil ermite, et Ptolomeu, le marchand de livres pornographiques, ne sont-ils qu’un seul et même homme doué d’immortalité ? Monja, la supérieure du couvent qui demandait de l’or à son mari, Fundador, chaque fois qu’il voulait la pénétrer, et Monja, la prostituée vestale de la ville mythique sont-elles reliées, elles aussi, par un sang commun ? À la manière d’un puzzle, récits objectifs, flash-back et monologues lyriques se succèdent et s’entrecroisent, et, lorsque le livre se referme, toutes les pièces viennent miraculeusement se mettre en place… » V.d.C.

  • 1998
  • 336 p.
  • 20,50 €
  • EAN 9782721004697

Bibliographie

Autres éditeurs

  • Le Jardin des oliviers précédé de La Cueillette, L’Oiseau de paradis et I love my husband. Traduit du brésilien par Annick Moreau, Findakly, 1998
  • Nélida Piñon face à son œuvre: écriture et manuscrits. Entretiens avec l’auteure par Sylvie Josserand, Centre de recherches latino-américaines-Archivos, Université de Poitiers, 2006