Des femmes, Antoinette Fouque
L’odeur d’un père
Catherine Weinzaepflen

Romancière et poétesse, Catherine Weinzaepflen est née à Strasbourg où elle a passé son enfance et sa jeunesse, tout en séjournant régulièrement en Afrique équatoriale. Son œuvre rassemble une vingtaine de titres, dont les premiers comme les plus récents ont été publiés aux éditions des femmes-Antoinette Fouque, parmi lesquels Isocelles (1977), Orpiment (2006, prix Brantôme), ou encore avec Ingeborg (2016).

Catherine Weinzaepflen

Catherine Weinzaepflen

L’odeur d’un père

Prix : 12 €
Ebook : 8,99 €

Suivant la trace de sa mémoire olfactive, l’autrice fait ressurgir les fragments d’une enfance tiraillée entre plusieurs pôles. À l’âge de onze ans, elle quitte Strasbourg où sa mère s’est installée avec elle après avoir soudainement quitté le foyer conjugal, et se rend en Centrafrique pour passer les vacances scolaires dans la maison que son père partage avec sa nouvelle épouse au bord d’un lac. Quoi que jouissant de prérogatives coloniales, il y mène une vie simple. L’odeur du père est celle, opiniâtre et agressive, de l’aftershave Gillette Bleu mêlé à la lotion Pantène contre la chute de cheveux ; mais aussi, plus douce, la fragrance du savon Camay rose. Livre de réconciliation autant que « Lettre au père », ce récit à la première personne porte un regard rétrospectif humain sur le déclin d’une figure paternelle, sans en épargner les aspects les plus brutaux. À l’horizon, les vestiges du temps passé à Bangui, berceau d’une enfance africaine débordante de vitalité, à jamais présente dans la chair du souvenir.

« Quand j’ai onze ans je ne sais pas trop à quoi ça sert, un père. Toi tu as l’air de le savoir, moi j’ai beaucoup de mal à trouver une position de fille. Tout me semble faux : la façon dont tu me réprimandes, l’affection que tu revendiques comme un dû. Tu as l’air sincère, moi je ne sais plus qui je suis. » C.W.

  • Janvier 2021
  • 144 p.
  • 12 €
  • EAN 9782721007339
  • Ebook 8,99 €
  • EAN 9782721008633

La Presse en parle

Dans L’odeur d’un père, Catherine Weinzaepflen évoque une enfance africaine à Bangui et la figure paternelle. Le pays s’appelait encore Oubangui-Chari. C’est lors d’une sieste imposée que lui vient l’envie d’écrire. De vive(s) voix, RFI, 22 mars 2021

Un récit écrit qui […] interroge non seulement le père, mais la construction symbolique de soi, qu’il faut poursuivre. La Cause Littéraire, 29 mars 2021

Dans L’Odeur d’un père, l’odorat sollicite les souvenirs, rapproche le passé et le présent. L’Afrique, en toile de fond, donnée par des descriptions esthétiques et sensuelles, par des messages olfactifs, révèle une Africaine de cœur. L’Écritoire des Muses, 28 mars 2021

Après une vingtaine d’ouvrages, l’écrivaine d’origine alsacienne Catherine Weinzaepflen signe L’Odeur d’un père. Elle y reconstruit par fragments la figure de son père – une part de son identité qui attendait la rédemption. DNA, février 2021

Les mots sont simples, concrets, comme à portée de main les uns des autres, fraternels et égaux en valeur, sans fronces ni fioritures, ils sont tournés vers le passé comme dans un journal… Sitaudis, 13 mars 2021

Sa façon d’énoncer, presque factuelle, donne force aux blancs des silences qui permettent d’avancer sans effacer. Atelier du passage, 2 février 2021

L’auteure se rapproche mais avec ses propres armes d’une Sylvia Plath ou d’une Francesca Woodman. Le Salon littéraire, janvier 2021

Un récit parfai­te­ment maî­trisé. lelittéraire.com, janvier 2021

Un remarquable récit d’une enfance déplacée… Entre les lignes entre les mots, janvier 2021

Il est rare qu’à la lecture, un témoignage autobiographique agisse sur moi avec tant de force et suscite autant de plaisir. Terres de femmes, janvier 2021

Bibliographie

Aux éditions des femmes-Antoinette Fouque

Autres éditeurs (bibliographie sélective)

  • L’Eau jaune, poésie, éditions Traboule, 1976
  • Dans le texte, poésie, La Main Bleue, 1977
  • Portrait et un rêve, Flammarion, 1983 (Prix France Culture)
  • L’Ampleur du monde, Flammarion, 1989
  • D’où êtes-vous ?, Flammarion, 1992
  • Ismaëla, L’Atelier des Brisants, 2002
  • Ode à un kangourou, poésie, éditions de l’Attente, 2012
  • Le rrawrr des corbeaux, poésie, Flammarion, 2018