Des femmes, Antoinette Fouque
Hermione
Hilda Doolittle

H.D., Hilda Doolittle, est née en 1884 aux États-Unis. Amie d’Ezra Pound et de D.H. Lawrence, ses poèmes furent publiés dans l’anthologie des Imagistes en 1914. Elle est l’un des poètes les plus importants de cette époque et a également écrit des œuvres de prose et de plusieurs romans autobiographiques. En 1934, elle se rend à Vienne consulter Freud. Visage de Freud, paru en France en 1977, est le récit psychanalytique de ces entretiens.

Hilda Doolittle

Hilda Doolittle

Hermione

Traduit de l’américain par Claire Malroux

Prix : 14,25 €

Hermione est le premier de trois romans autobiographiques de H.D. Il a été écrit en 1927. Placé sous le signe de la renaissance (Hermione est le nom de la reine du Conte d’hiver shakespearien, dont la statue prend vie à la fin de la pièce), ce roman est l’exploration, près de vingt ans après, des zones glacées, frigides, où l’auteure se sentait retenue. Il s’agissait pour elle, face aux conventions du milieu et de l’époque, face aussi à l’ascendant intellectuel exercé par celui qui était alors son fiancé et qui devait rester son ami, Ezra Pound, de conquérir sa liberté de femme et son identité d’écrivaine. Un être intense nous est ici révélé, chez qui dominent l’acuité du regard, une sensibilité frémissante, une lucidité parfois dévastatrice et l’humour. L’écriture, d’une étonnante plasticité, traduit jusque dans leurs plus infimes vibrations cette approche d’un univers mental que la psychanalyse n’avait pas encore balisé.

  • 1986
  • 241 p.
  • 14,25 €
  • EAN 9782721003010

La Presse en parle

Vraiment malade, Her ne veut plus être appelée Miss Hermione. Miss ratée, elle veut sauver la mise. Elle a manqué son mariage avec Lowndes. Pourquoi ? Elle n’est la femme de personne. Her n’aime qu’elle. Mais elle a cédé au charme de Fayne, jeune sorcière qui la ravit parce qu’elle se moque de la mode. Lowndes n’a pas pardonné l’écart. En réalité, Lowndes représente le poète Ezra Pound qui fut l’amant de H.D., comme D.H. Lawrence. Hilda Doolittle le traite d’Arlequin. Elle a écrit Hermione à une période glacée de son existence en se souvenant de la reine du Conte d’hiver dont la statue s’anime à la fin de la pièce.

Georges Bratschi, Tribune de Genève, 17 octobre 1986

Bibliographie

Aux éditions des femmes-Antoinette Fouque

Autres éditeurs

  • Le Jardin près de la mer, La Différence, 1992
  • Fin du tourment, suivi de Le livre de Hilda, La Différence, 1992
  • Hélène en Égypte, La Différence, 1992
  • Trilogie, José Corti, 2011