Des femmes, Antoinette Fouque
Moderato cantabile
Marguerite Duras

Pour Marguerite Duras (1914­1996), la littérature ignore la frontière des genres. L’écriture reste première, mais va « sortir du livre » en prenant voix dans la lecture ou se transformant pour le cinéma et le théâtre. Son style poétique et visionnaire, son esthétique subversive transcendent toutes ces formes et produisent dans chacune d’elles des œuvres marquantes. En 1975, le Grand prix de l’Académie du cinéma et le prix de l’Association française des cinémas d’art et d’essai à Cannes couronnent le film India Song. Le roman L’Amant obtient le prix Goncourt en 1984. Il est la réécriture de Un barrage contre le Pacifique (1950) et de son enfance en Asie, thème irriguant l’œuvre durassienne. La pièce Savannah Bay a marqué en 2002 l’entrée du théâtre de Marguerite Duras au répertoire de la Comédie­ Française, consacrant le triomphe de sa création en 1983.

Marguerite Duras

Fanny Ardant lit

Moderato cantabile

de Marguerite Duras

CD MP3
22 €

Téléchargement
16,99 €

« – Veux-tu lire ce qu’il y a d’écrit au-dessus de ta partition ? demanda la dame.
– Moderato cantabile, dit l’enfant.
La dame ponctua cette réponse d’un coup de crayon sur le clavier. L’enfant resta immobile, la tête tournée vers sa partition.
– Et qu’est-ce que ça veut dire, moderato cantabile ?
– Je sais pas.
Une femme, assise à trois mètres de là, soupira. » M. D.

Un enfant forcé d’apprendre le piano n’arrive pas à retenir le sens de « moderato cantabile » dans la sonatine de Diabelli. Venu du rez-de-chaussée, un cri déchire la leçon. Un homme a assassiné une femme d’une balle en plein cœur. Anne Desbaresdes, la mère de l’enfant, revient obsessionnellement au café où le crime a eu lieu pour s’enivrer et interroger un homme. Elle cherche à comprendre, ou à se perdre.


Moderato cantabile, Éditions de Minuit, 1958.

Écoutez un extrait

  • 2021
  • 2h26
  • Texte intégral
  • 22 €
  • EAN 3328140024548
  • Téléchargement
  • 16,99 €
  • EAN 3328140024555

La Presse en parle

Les éditions des femmes ont donné carte blanche à Fanny Ardant pour lire de sa voix heurtée, ici frémissante, là brûlante, ce texte fascinant qui ne se donne pas mais se grise de mots et s’impose par un irrésistible envoûtement. La Libre, 10 janvier 2021

Voir aussi