Des femmes, Antoinette Fouque
Le Dernier Amour
George Sand

Née en 1804, George Sand se marie à dix-huit ans. Après la naissance de ses deux enfants, elle décide de vivre indépendante. À Paris, elle devient journaliste. Et, en 1832, le succès de son premier roman Indiana, lui assure les moyens de vivre, comme elle le voulait, de sa création. Pendant la révolution de 1848, elle met sa plume au service du gouvernement provisoire. Elle passe les vingt dernières années de sa vie à Nohant, jusqu’à sa mort en 1876. Son œuvre immense – 180 livres et 40 000 lettres -, témoin de tous les mouvements de l’époque, fut l’une des plus populaires du XIXsiècle.

George Sand

George Sand

Le Dernier Amour

Présentation de Mireille Bossis

Prix : 18,50 €

Dans Le Dernier Amour, dédié à Gustave Flaubert, George Sand continue à s’interroger sur le mariage, l’amour et la passion. Une jeune femme s’y trouve déchirée entre la passion orageuse et mauvaise qu’elle éprouve pour un tout jeune homme qui pourrait être son fils et un amour raisonnable pour un homme plus âgé qu’elle, son honnête et sage mari. Dans ces contradictions s’affrontent des désirs contraires : désir d’appartenance à une société et contestation d’un ordre qui opprime les femmes. Publié en 1866, ce roman n’avait jamais été réédité.

« Il y avait en elle des cordes brisées ou détendues : l’instrument, exquis par lui-même, ne pouvait être d’accord. Le son déchirant m’en était pénible. Parfois cependant une belle note pure produisait une impression délicieuse. J’éprouvais le besoin de la plaindre ; mais elle ne permettait pas l’amitié et ne semblait pas la connaître. Son attachement pour les siens avait le caractère d’un devoir accompli avec passion, jamais avec tendresse. »

Mireille Bossis est écrivaine. Elle enseigne à l’université de Paris VII. Elle a soutenu une thèse de doctorat d’État, intitulée À la recherche de George Sand. Écriture romanesque et expression de soi.

  • 1992 (Réédition 2004)
  • 232 p.
  • 18,50 €
  • EAN 9782721004895

Bibliographie

Aux éditions des femmes-Antoinette Fouque