Des femmes, Antoinette Fouque
Gabriel
George Sand

Née en 1804, George Sand se marie à dix-huit ans. Après la naissance de ses deux enfants, elle décide de vivre indépendante. À Paris, elle devient journaliste. Et, en 1832, le succès de son premier roman Indiana, lui assure les moyens de vivre, comme elle le voulait, de sa création. Pendant la révolution de 1848, elle met sa plume au service du gouvernement provisoire. Elle passe les vingt dernières années de sa vie à Nohant, jusqu’à sa mort en 1876. Son œuvre immense – 180 livres et 40 000 lettres -, témoin de tous les mouvements de l’époque, fut l’une des plus populaires du XIXsiècle.

George Sand

George Sand

Gabriel

Préface de Janis Glasgow

Prix : 14 €

Gabriel, élevée en garçon pour une sombre affaire d’héritage, ne se doute pas que son vrai nom est… Gabrielle. « Il » va donc goûter tous les délices d’une éducation « libre » jusqu’au jour où, tombant amoureux de son cousin, il/elle fait rapidement connaissance avec les interdits et les tourments de son sexe réel. Sur cette trame, George Sand élabore une analyse tout en finesse des sortilèges de l’ambiguïté sexuelle.
Gabriel est tout autant un texte sur l’ambivalence amoureuse qu’un manifeste explicite qui fourmille d’indignation, d’impertinence, d’ironie et où sont impitoyablement passées au crible les différences d’éducation et de vie entre les garçons et les filles, entre les hommes et les femmes.
George Sand tenait beaucoup à cette œuvre que, malgré ses efforts, elle ne put faire représenter et que Balzac enthousiasmé n’hésitait pas à comparer à une pièce de Shakespeare. On y sent aussi le poids de son expérience personnelle. Voire une pointe de tristesse.

Janis M. Glasgow (1934 -2001), spécialiste reconnue de George Sand, a été professeure émérite de français de la San Diego State University. Elle a enseigné à Paris VIII, dans les universités de Nice et de Nantes, dans le cadre d’échanges. Un prix a été créé en son honneur en 2001, le Janis Glasgow Memorial pour récompenser la meilleure thèse de doctorat ayant pour sujet George Sand.

 

  • 1988 (Réédition 2004)
  • 225 p.
  • 14 €
  • Poche 9782721004871

La Presse en parle

Une œuvre inédite de George Sand enfin accessible un siècle et demi après sa création est un des grands événements culturels de la rentrée. Gabriel, cette œuvre si controversée dès le départ, écrite par une femme exceptionnelle qui s’était arrogé le droit à une vie libre, reste peut-être le plus mystérieux et aussi le plus personnel de ses écrits. […] Gabriel, ce jeune homme irréprochable dont la beauté, l’intelligence, la finesse, la dextérité éblouissent le beau monde, est une femme. Et cette femme, couvée par un amour jaloux et possessif, réduite aux vertus domestiques, étouffe.

Tania Quintiliano, Harper’s Baazar, octobre 1988

Bibliographie