Des femmes, Antoinette Fouque
La Ville du non
Jacqueline Merville

Jacqueline Merville est écrivaine et peintre. Elle a publié huit récits aux Éditions des femmes-Antoinette Fouque, des recueils de poésie, notamment à La Main courante, et dirige depuis 2002 une collection de livres d’artistes, « Le Vent refuse ». Depuis 1992, Jacqueline Merville partage son temps entre le Sud de la France et l’Asie.

Site de Jacqueline Merville

Jacqueline Merville

Jacqueline Merville

La Ville du non

Prix : 11,25 €

Une femme a rejoint une ville qui va s’enfoncer dans les marécages. Elle y tue son enfant en toute légalité morale et civique. Elle y combat son désir d’un homme, son ancienne façon d’être femme. C’est la ville du Non, la ville où crime et sacrifice sont encouragés. Aucune loi ordinaire, tant au niveau éthique qu’esthétique, ne s’y est fixée.

« Longtemps après les couches, quand mon corps ne supportait plus de crier dedans, je l’ai tué. Déjà le brouillard était sur la ville construite sur les marécages. J’ai oublié le nom de cette ville qui refuse d’être. Je l’ai su rapidement puis je l’ai perdu. ICI les lieux sont inutiles. Nul ne désire y rester. L’enfant ne le désirait pas. Mes cris ne franchissaient pas les murs. Je l’ai tué pour taire à jamais le nom impossible. » J.M.

  • 1986
  • 82 p.
  • 11,25 €
  • EAN 9782721003027

La Presse en parle

C’est une histoire sans nom. La ville a oublié le sien, l’enfant n’en a pas eu. Bertrand et Corine portent le leur, mais ils habitent de l’autre côté du fleuve, derrière « la herse de brouillard ». Quant à la mère, elle en a plusieurs, écrits sur sa boîte aux lettres. Et le récit jongle entre la troisième personne et le « je ». Jacqueline Merville donne à lire un récit cruel. Il touche à l’enfance, à la mémoire, à la douleur. Ses phrases sèches, ses mots à vif n’épargnent rien. La Ville du non n’est pas dans la périphérie des sentiments. Jacqueline Merville ramène de la banlieue un récit entier. On peut toujours évoquer le classique jeu de miroirs entre un livre et la vie. Mais on n’est pas près de savoir d’où proviennent les éclats de verre qui blessent.

Bruno Caussé, Le Monde, 25 octobre 1986

Bibliographie

Autres éditeurs

  • La Mandala du pèlerin, La Main courante, 1997
  • Sur d’autres terres, La Main courante, 1999
  • La Chair ronde des philosophes, Jacques André éditeur, 2006
  • Petites Factures divines, La Main courante, 2006
  • Juste une fin du monde, L’Escampette, 2008
  • Voyager jusqu’à mourir, L’Escampette, 2009
  • Pierre flottante des Indes, La Main courante, 2010
  • La mienne langue, Fidel Anthelme X, 2014
  • Géographie indienne, Fidel Anthelme X, 2017
  • Lotus d’air, dessins de Martina Kramer, La Rumeur libre, 2017