Des femmes, Antoinette Fouque
Un homme nommé Zapolski
Nicole Ward Jouve

Marseillaise, mariée à un Anglo-irlandais, Nicole Ward-Jouve a vécu sa vie adulte essentiellement en terres de langue anglo-saxonne : Grande-Bretagne, Canada, USA. Elle écrit en français et en anglais des œuvres de fiction et des essais.

Nicole Ward Jouve

Nicole Ward Jouve

Un homme nommé Zapolski

Prix : 15,25 €

Entre juillet 1975 et janvier 1980, dans le quadrilatère industriel de Leeds-Bradford, treize femmes sont assassinées et sept grièvement blessées par un tueur mystérieux. Les femmes de la région vivent dans la terreur. Lorsqu’il est arrêté, par hasard, on trouve, au lieu de la brute asociale que suggère la nature de ses crimes, un certain Peter Sutcliffe, routier de trente-quatre ans, doux et poli, propriétaire de sa maison, heureusement marié. Un procès retentissant a lieu. Des livres à sensation paraissent. Mais ni le procès, ni les média n’ont résolu, ni même posé les questions soulevées par ces meurtres : comment, pourquoi, un homme aussi « normal » a-t-il pu en venir à les commettre ? Quel jour jettent ces crimes, les réactions de l’opinion et de la presse, l’échec répété de la police, sur les structures sociales dominantes dans nos sociétés ? Tuait-il des prostituées parce que femmes, ou des femmes parce que prostituées… et quelles définitions du féminin cela révèle-t-il ?

  • 1983
  • 414 p.
  • 15,25 €
  • EAN 9782721002402

La Presse en parle

Pourquoi Peter Sutcliffe, entre 1975 et 1981, a-t-il assassiné et mutilé treize femmes, en a-t-il sauvagement attaqué treize autres, pour la plupart des prostituées ? […] Que Nicole Ward Jouve se soit intéressée à ce fait divers horrible n’a rien d’étonnant : des millions de lecteurs de journaux s’y sont intéressés. Mais elle, une femme, a décidé d’en faire le sujet d’un livre, de prendre plus directement la responsabilité de ce qu’elle penserait de l’assassin, de ses actes, et du monde où ils ont eu lieu. Et de ce point de vue, Un homme nommé Zapolski est un livre courageux, Nicole Ward Jouve y fait face à ce qui la menace comme femme : la complicité brutale des hommes, leur bêtise. […] Elle entreprend aussi – et c’est véritablement l’épreuve romanesque, la plus difficile – de se rapprocher du destin des femmes auxquelles Sutcliffe s’est attaqué. Ce qui a été écrasé, réduit à l’obscurité et au silence, elle tente de lui donner voix.

Pierre Pachet, La Quinzaine littéraire, 16 mars 1983

Bibliographie

Aux éditions des femmes-Antoinette Fouque

Autres éditeurs

  • Petits Moments d’une Femme qui rêvait d’être poète, Préau des Collines, 2005