Des femmes, Antoinette Fouque
La Maison
Lou Andreas-Salomé

Lou Andreas-Salomé (Saint-Pétersbourg, 1861 – Göttingen, 1937) fut, par sa grande intelligence et son amour de la liberté, une figure capitale de la pensée de son temps. Elle a publié son premier livre à vingt-trois ans. Elle est surtout connue en France pour sa participation au mouvement psychanalytique en ses débuts et pour les textes qui suivirent sa rencontre avec Freud, en 1911. Disciple de celui-ci, elle n’en défendit pas moins des positions théoriques dues à ses propres travaux antérieurs sur la théologie, la littérature, les questions du narcissisme et de la féminité.

Voir aussi : Lou Salomé, génie de la vie, de François Guery, des femmes-Antoinette Fouque, 2007.

Lou Andreas-Salomé

Lou Andreas-Salomé

La Maison

Traduit de l’allemand par Nicole Casanova

Prix : 19 €

Lou Andreas-Salomé écrivit La Maison en 1904 mais ne le publia qu’à la fin de sa vie, en 1921. Il contient de très profondes expériences personnelles.

« Trois personnages en quête de liberté vivent dans une maison radieuse et sont liés entre eux par un amour que rien ne ternit. Pour Anneliese, femme du médecin Brandhardt, pour Gitta leur fille et surtout pour Balduin, leur fils, la liberté consiste à ne pas manquer la station des artistes, devant laquelle le train de la vie s’arrête si peu de temps. […] Anneliese a renoncé à sa carrière de pianiste virtuose. Gitta, épouse de l’intuitif Markus, prendra en main sa propre existence. Le personnage le plus éclatant du livre est l’adolescent Balduin, portrait du jeune Rainer Maria Rilke. L’analyse profonde et subtile qu’en fait Lou Andreas-Salomé […] accroît encore l’intérêt de cette marche vers l’indépendance. Le pays des artistes est pour tout le monde le pays de la liberté. Il convient de ne pas vivre hors de ses frontières. » N.C.

  • 1997
  • 336 p.
  • 19 €
  • EAN 9782721004512

La Presse en parle

Mais ce sont surtout les portraits de femmes qui frappent par leur justesse – fantasque Gitta, sa mère, lumineuse Anneliese, Renate l’émancipée, crucifiée par une passion destructrice. Superbement écrit, foisonnant de questions essentielles sur la vie de couple, la liberté et la vocation créatrice, La Maison fait partie de ces livres que l’on n’arrive jamais à refermer.

S.Bo., Télérama, 27 août 1997

Bibliographie

Aux éditions des femmes-Antoinette Fouque

Autres éditeurs (bibliographie sélective)

  • Correspondance avec Rilke, Gallimard, 1967
  • Correspondance avec Freud, Gallimard, 1970
  • Ma vie, Presses Universitaires de France, 1979
  • Éros, Minuit, 1984
  • Jutta, Le Seuil, 2000
  • À l’ombre du père: correspondance, 1919-1937 de Lou Andreas-Salomé avec Anna Freud, Hachette, 2006