Des femmes, Antoinette Fouque
… et je nageai jusqu’à la page
Elisabeth Bing

Élisabeth Bing (1934-2017) est née à Verdun. Elle a vécu, enfant, la dernière guerre, dans un mutisme qui n’enregistrait plus que les défilés d’images de bombardements et d’exode. Très tôt, elle s’est « promise à l’écriture ». En 1969, elle crée les « ateliers d’écriture » pour libérer des enfants dits caractériels. Pionnière en la matière, elle a rendu compte de cette expérience dans le livre …et je nageai jusqu’à la page, publié dans sa première édition en 1976 et devenu depuis un livre de référence incontournable sur le sujet. Elle a créé, en 1981, les Ateliers d’écriture Élisabeth Bing. Son fils, Emmanuel Bing, poursuit aujourd’hui le travail engagé par sa mère. Élisabeth Bing a également publié aux éditions des femmes-Antoinette Fouque un roman, Les Hommes de traverse (1990).

Elisabeth Bing

Elisabeth Bing

… et je nageai jusqu’à la page

Prix : 23 €

L’histoire des ateliers d’écriture en France a commencé en 1969 avec l’expérience initiale relatée dans ce livre. De formation littéraire et journalistique, Élisabeth Bing raconte ici l’aventure de cette naissance auprès d’enfants classés comme caractériels. On y lit l’invention d’un métier, au jour le jour, dans l’urgence et la passion. Loin de l’école et de la parole apprise, elle rend leurs propres mots à ces exclus de l’écriture, prenant en compte leurs textes comme des actes réels d’inscription dans le monde, jusqu’à ce qu’un jour un enfant lui dise : « Mais tu nous fais travailler comme des écrivains ! » Toutes les intuitions fondatrices d’une démarche qu’Élisabeth Bing a poursuivie et élaborée auprès d’adultes se trouvent réunies dans ce livre. La postface fait part de la suite du parcours. « Cette invention a décidé de ma vie, et un peu plus tard de celle de quelques personnes que d’abord ce livre a rassemblées autour de moi et que j’ai entraînées dans l’aventure, nous retrouvant à l’avant-garde d’un mouvement de fond qui connaît actuellement un très grand développement. »

Elisabeth Bing ...et je nageai jusqu'à la pageCouverture de l’édition d’origine en 1976

  • 1976 (Réédition 1993, augmentée d'une postface)
  • 320 p.
  • 23 €
  • EAN 9782721004451

La Presse en parle

Un livre qui passionnera toutes celles qui s’intéressent à l’éducation : Et je nageai jusqu’à la page raconte l’expérience d’une jeune femme qui n’aimait pas les enfants mais qui a inventé une méthode d’expression libre par l’écriture pour enfants caractériels et a découvert, par ce biais, le monde de l’enfance, mais aussi sa propre enfance. Un livre plein de tendresse et de poésie.

Marie France, 24 juin 1976

Écrire c’est s’autoriser ; on y a souvent besoin d’encouragement et d’écoute ; de solidarité et d’estime. Pour elle-même, Élisabeth Bing répondait à la nécessité de « désaliéner son enfance » des discours convenus faits pour plaire. L’accès à l’écriture de ses petits élèves engageait sa propre expérience et son propre combat pour trouver une authenticité de parole. Elle a ensuite proposé à des adultes cette expérience de « trouver sa voix ».

Marie-Claude Peyvieux, L’écho des collines, février 2017, lire l’article

Fondatrice des ateliers d’écriture en France, Elisabeth Bing est décédée le 27 avril dans sa 83e année. Elle a inventé en 1969 les ateliers d’écriture auprès d’enfants en grande difficulté. Une expérience qu’elle raconte dans un livre, « Et je nageai jusqu’à la page », paru en 1976. Elle crée ensuite les premiers ateliers d’écriture pour adultes. « …l’acte d’écrire est un acte de résistance, une respiration ».

Culturebox, Francetvinfo, 8 mai 2017, lire l’article

Bibliographie

Aux éditions des femmes-Antoinette Fouque

Autres éditeurs

  • Ce livre que mon père écrivait, récit, Gallimard, 1995
  • Les fragments du jour suivis d’Armor, le Préau des collines, 2008