Des femmes, Antoinette Fouque
Le Timbre fiscal
Amritâ Prîtam

Amritâ Prîtam (1919-2005) est l’une des écrivaines indiennes les plus célèbres de la seconde moitié du XXe siècle. Elle écrit en panjabi des poèmes, des romans, des nouvelles et des essais. Plusieurs de ses livres ont été traduits en diverses langues indiennes, en anglais, en russe, en japonais, etc. Elle a reçu les principaux prix littéraires indiens : Sahitya Academy Award (1956), Padma Shri (1969) et Bharativa Jnanpith Award (1981). Elle a été membre du Parlement indien.

Amritâ Prîtam

Amritâ Prîtam

Le Timbre fiscal

Traduit du panjabi par Danielle Gill

Prix : 18,50 €

L’histoire tourmentée du Panjab, partagé entre l’Inde et le Pakistan en 1947, et la situation de la femme dans la société indienne occupent une place importante dans l’œuvre d’Amritâ Prîtam.
Ses parents étaient sikhs. Sa mère étant morte prématurément, Amritâ fut surtout éduquée par son père, un lettré très religieux. À seize ans, il lui fit épouser un homme auquel elle avait été « fiancée » à quatre ans. En 1947, Amritâ doit fuir Lahore, car la ville, appelée à faire partie du Pakistan, est le théâtre d’émeutes sanglantes entre sikhs et musulmans. Sahir, le poète musulman qu’elle aime alors, reste du côté pakistanais de la frontière. Elle le reverra beaucoup plus tard, après s’être séparée de son mari, Prîtam Singh. De ce dernier, elle a, par estime, adopté le nom, au lieu du ‘Kaur’ (« Princesse ») qu’affixe à son prénom toute femme sikhe traditionnelle.

  • 1989
  • 276 p.
  • 18,50 €
  • EAN 9782721003553

Bibliographie

Aux éditions des femmes-Antoinette Fouque

Autres éditeurs

  • Pinjar le squelette, préface et traduction de Denis Matringe, Kailash, 2003