Je me suis probablement perdue
Sârâ Sâlâr

Née en 1966 à Zâhedân, capitale de la province du Balouchistan (située au Sud-Est de l’Iran, marquée par la pauvreté et de violents conflits sociaux), Sârâ Sâlâr grandit dans une famille lettrée et se passionne tôt pour la littérature. Elle étudie la littérature anglaise à l’université de Téhéran, puis débute une carrière de traductrice. En 2007, son premier roman, Je me suis probablement perdue, est publié par la prestigieuse maison d’édition Cheshme, et lui vaut d’être honorée du prix Hushang-Golshiri. Je me suis probablement perdue a été traduit dans plusieurs langues, notamment l’anglais, l’italien, l’allemand et l’arabe.

Sârâ Sâlâr

Sârâ Sâlâr

Je me suis probablement perdue

Traduit du farsi (Iran) par Sébastien Jallaud

Prix : 15 €
Ebook : 10,99 €

Une jeune Iranienne face aux contraintes sociales et à ses désirs divergents.
Une jeune femme iranienne de la classe moyenne se réveille et raconte sa journée. Coincée dans les
embouteillages, elle débute un monologue intérieur, découvrant son intimité mais également le paysage social de Téhéran au début des années 2000. À travers une série de réminiscences qui s’entremêlent habilement au cours trivial du quotidien, elle dévoile peu à peu les tenants et aboutissants du drame qui se joue derrière ces heures apparemment banales. Entre le poids des conventions sociales et ses efforts pour occuper son fils à l’arrière de la voiture, la narratrice pense à Gandome, une de ses anciennes amies, opposée en tout point à elle par son audace et sa liberté d’esprit. Que devient-elle ?
Dans cette fiction réaliste mais à lire aussi entre les lignes (du fait de la censure en Iran), Sârâ Sâlar, grâce à sa finesse inouïe, fait ressentir les différentes contraintes (culturelles, sociales, géographiques et misogynes)
qui ont lentement dressé autour du personnage les murs d’une impasse.

Il ne faut pas que je la regarde, pensai-je, il ne faut pas que je la regarde… je tournai les yeux vers elle et aperçus la même fille, avec le même regard et le même sourire, qui s’approchait de moi. Elle venait tout droit dans ma direction. Je me retournai, il n’y avait personne. Non, il n’y avait que moi, moi et moi seule, au fond de cette cour sèche et desséchée.
« N’est-ce pas étrange que nous nous ressemblions autant ? » dit-elle. S.S.

Parution le 12 septembre 2024

  • Septembre 2024
  • 144 p.
  • 15 €
  • EAN 9782721013453
  • Ebook 10,99 €
  • EAN 9782721013460