Des femmes, Antoinette Fouque
La dame aux nénuphars
Viviane Cerf

Originaire de l’Ain, Viviane Cerf, est née en 1992. Elle passe son adolescence entre la petite ville d’Oyonnax et l’Allemagne, avant d’arriver à Paris. Là, elle suit une classe préparatoire au lycée Henri IV et obtient l’agrégation de philosophie. Elle écrit depuis toujours. La Dame aux Nénuphars est son premier roman, écrit à l’âge de 19 ans

Viviane Cerf

Viviane Cerf

La dame aux nénuphars

Prix : 10 €

Une très jeune femme marche dans Paris. Elle arrive de province avec un passé lourd à porter : l’enfance et la violence, l’effroi de ses nuits sans sommeil. La ville la protège avec ses rues, ses musées, ses ponts, sa cathédrale, cette place de la Bastille qui a perdu sa prison ; on la suit dans ses balades, ses errances, et on ressent avec elle les odeurs de la ville, ses couleurs et ses lumières.

Durant ses déambulations, elle rencontre plusieurs personnages mystérieux : la jeune fille au banc, alter ego gris et triste, Automne, l’amour perturbé par la jeune fille étrange, Chagrin, qui saura l’écouter, sorte de confident bienveillant, et la Dame aux Nénuphars qui l’ouvrira à la beauté du monde et avec laquelle elle contemplera les nénuphars qui, eux, ne peuvent se noyer.

Viviane Cerf, dont c’est le premier roman (écrit à 19 ans), nous transporte dans un étonnant voyage initiatique, tout à la fois expérience poétique et conte philosophique de l’adolescence avec ses élans, ses angoisses, mais aussi ses désirs, son être à trouver ; par ses motifs mélodiques qui reviennent et rythment le récit, une syntaxe bouleversée qui crée la surprise, l’écriture exalte une beauté fragile, un peu à la manière des contes japonais.

Si tu t’envoles, elle, elle glisse.
Elle glisse sur l’eau, à l’infini, elle glisse.
Elle dit que les vagues sont parfois agitées et que c’est la passion.
Un besoin de lui, oppressant, impétueux contre lequel le nageur le plus entraîné ne peut résister. Elles l’emportent avec fureur, elles l’emportent.
Parfois c’est le calme plat.
Alors elle laisse le bleu, le bleu calme, tendre, apaisé, la combler.
De bonheur, d’immensité.
Elle laisse le bleu l’entourer.
Et elle glisse.

La dame sourit.
Te dit que tu es trop jeune, trop jeune pour comprendre.
Pour bien comprendre la beauté des nymphéas. V.C

Parution 15 mars 2018

  • Mars 2018
  • 80 p.
  • 10 €
  • EAN 9782721006844