Des femmes, Antoinette Fouque
Corinne ou l’Italie
Madame de Staël

Madame de Staël (1766-1817) est une auteure et salonnière française. Fille de Necker, ministre de Louis XVI, Germaine de Staël commence à écrire très tôt et tient un salon qu’elle anime brillamment. Elle soutient la Révolution, mais doit fuir Paris sous la Terreur et s’installe en Suisse d’où elle continue d’œuvrer exerçant une influence considérable tant au niveau politique que littéraire. Précurseure dans de nombreux domaines, elle introduit, avec De l’Allemagne, sans doute son livre le plus célèbre, le romantisme dans la littérature française.

Madame de Staël

Madame de Staël

Corinne ou l’Italie

Édition féministe de Claudine Herrmann

Coffret 2 tomes
Prix : 14,75 €

« Derrière cette prose limpide et par cela trompeuse, très proche encore du XVIIIe siècle, derrière l’arsenal romantique des tombes, des maladies de poitrine et des paysages échevelés se cache un monde d’idées que seul le temps écoulé permet de comprendre. On comprend… que ce livre profondément féministe soit presque tombé dans l’oubli malgré son succès au moment de la parution. Madame de Staël l’avait prévu : c’est le bouquet jeté dans les eaux par la religieuse qui est annoncé à coups de canon mais englouti dans les flots, ″avis solennel qu’une femme résignée donne aux femmes qui luttent encore contre le destin…″. Cette édition de Corinne n’a aucune prétention à l’érudition. Elle s’attache surtout à la signification féministe de l’œuvre. » C.H.

  • 1979
  • 590 p.
  • En coffret, 2 tomes
  • 14,75 €
  • EAN 9782721001542

La Presse en parle

Cette réédition de Corinne, de Mme de Staël, n’est pas un simple plaisir d’érudit. Ce livre, publié en 1807, est désormais classé au rayon « féministe ». C’est y aller un peu fort, mais ce n’est point sot. Ce roman d’amours dans une Italie de vestibule néo-grec est un curieux traité de morale, qui montre que les femmes peuvent baisser les yeux sans être si dociles.

Le Point, 25 juin-1er juillet 1979

Bibliographie

Aux éditions des femmes-Antoinette Fouque