Des femmes, Antoinette Fouque

Actualités

Le Gars de Marina Tsvétaïeva à la Maison de la Poésie

Marina Tsvétaïeva à la Maison de la Poésie
Mercredi 11 mars 2020 - 20h
Maison de la Poésie 157 rue Saint-Martin Paris 3e

Anna Mouglalis, accompagnée d’Élodie Soulard à l’accordéon, fera une lecture musicale de Le Gars de Marina Tsvétaïeva précédée d’une présentation de Francesca Isidori, réalisatrice de la collection La Bibliothèque des Voix.

« Est-ce femme ? est-ce flamme ?
C’est une âme qui se damne.
– Ta mort ! – Mon plaisir !
Danserai à en mourir ! »

En 1922, Marina Tsvétaïeva écrit en russe un poème qui s’inspire du célèbre conte d’Afanassiev, Le Vampire, l’histoire de la belle Maroussia qui tombe amoureuse de celui avec lequel elle a dansé toute la nuit, et qu’elle surprend le lendemain en train de dévorer un cadavre.
En 1929, à Paris, Tsvétaïeva entreprend de traduire ce poème en français. Elle l’intitule Le Gars. Plus tard, elle le réécrit sous forme de conte qu’elle accompagne d’un avant-propos pour l’édition française :
« Ceci est l’histoire d’une jeune humaine qui aima mieux perdre ses proches, elle-même et son âme que son amour. Ceci est l’histoire d’un damné qui fit tout pour sauver celle qu’il devait infailliblement perdre. D’une humaine devenue inhumaine, d’un damné devenu humain… Et voici enfin la Russie rouge d’une autre rouge que celui de ses drapeaux d’aujourd’hui. »
Variations sur un même thème, où vie et mort se mêlent, se trahissent, se traduisent, ces trois textes jouent brillamment avec une langue teintée d’une inquiétante étrangeté.

Lecture suivie d’une séance de dédicaces avec Anna Mouglalis.

Publiés aux éditions des femmes-Antoinette Fouque :
Le livre audio à écouter : Marina Tsvétaïeva, Le Gars, CD, 2019.
Le livre à lire : Marina Tsvetaïeva, Le Gars, 1992

Réservation sur le site de la Maison de la Poésie
Tarif : 15 € / adhérent : 10 €