Des femmes, Antoinette Fouque
Sentiers
Maria Zambrano

Maria Zambrano (1904-1991) est une des figures majeures de la philosophie contemporaine. Née en en Andalousie, elle s’exile en Amérique latine et en Europe à partir de 1939, et ne rentre en Espagne qu’en 1984. Elle reçoit le Prix Cervantès en 1988, pour l’ensemble de son œuvre. C’est la première fois que ce Prix, le « Nobel espagnol », était décerné à une femme.

Maria Zambrano

Maria Zambrano

Sentiers

Traduit de l’espagnol par Nelly Lhermillier

Prix : 18,50 €

« Les faits de l’histoire, qui loin d’occulter la vie la laissent transparaître, finissent par révéler leur sens très tard, c’est-à-dire quand on n’y peut plus rien, même en rêve. » C’est sans doute pour cette raison que Maria Zambrano choisit, en 1987, de réunir ces textes de différentes époques de sa vie, et de leur donner pour titre Sentiers, chemins philosophiques, historiques ou poétiques, qui tous représentent un moment de son action et un aspect de sa foi — foi en la puissance de l’esprit humain et de la culture sur les forces de mort et de violence, foi lumineuse qui a pour représentants privilégiés les deux figures de saint Jean de la Croix et d’Antigone. Le fascisme révéla à Maria Zambrano que le monde n’est pas « docile », qu’il est composé non « de choses » mais « d’événements ». Et que la tâche du penseur est d’en chercher la raison.

  • 1992
  • 320 p.
  • 18,50 €
  • EAN 9782721004246

La Presse en parle

L’œuvre de Maria Zambrano, nourrie de Nietzsche et de Husserl, de Heidegger et de poètes comme Jean de La Croix, Hölderlin ou Antonio Machado – précurseur avec Unamuno, selon elle, de l’auteur de L’Être et le Temps, et qui n’est pas sans rappeler celle d’un Bachelard, plus que comme une continuation de la philosophie, s’offre en tant que plongée vers les origines, après avoir fait table rase de tout concept. Ce qu’elle vise, ce sont les entrailles mêmes de l’être, là où, tout au fond, l’homme n’a pas figure humaine – là où l’imagination n’est plus une intruse, où elle participe à la discussion.

Hector Bianciotti, Le Monde, 19 janvier 1990

Bibliographie

Aux éditions des femmes-Antoinette Fouque

Autres éditeurs

  • De l’aurore, Éditions de l’Éclat, 1989
  • Les Clairières du bois, Éditions l’Éclat & Éditions universitaires du Sud, 1989
  • Apophtègmes, José Corti, 2002
  • Les Rêves et le Temps, José Corti, 2003
  • Philosophie et Poésie, José Corti, 2003
  • L’Homme et le divin, José Corti, 2006
  •