Des femmes, Antoinette Fouque
Se libérer de la peur
Aung San Suu Kyi

Née à Rangoun en 1945, diplômée d’Oxford en philosophie, sciences politiques et sciences économiques, Aung San Suu Kyi a reçu en 1990 le Prix Thorolf Rafto pour la défense des Droits de l’homme décerné par la Norvège et le Prix Sakharov pour la liberté de pensée décerné par le Parlement européen.

En 1991, le prix Nobel de la paix fait connaître son combat au monde entier. Aung San Suu Kyi a affronté avec le plus grand courage et par une lutte non violente, l’une des pires dictatures de la planète. Assignée à résidence en juillet 1989, elle fut condamnée à un silence et à un isolement complets, malgré l’écrasante victoire aux élections de Mai 1990 de la Ligue nationale pour la démocratie qu’elle a fondé.

Elle est libérée le 13 novembre 2010, puis est élue députée le 1er avril 2012, lors d’élections partielles remportées par son parti.

Aung San Suu Kyi

Aung San Suu Kyi

Se libérer de la peur

Traduit de l’anglais par A. Le Goyat, A. Colin du Terrail, L. Kiéfé, M. Bonneau, J. Chicheportiche, L.E. Pommier et T. Réveillé

Préfaces de François Mitterrand et Vaclav Havel

Prix : 14,75 €

Se libérer de la peur rassemble les textes et discours politiques d’Aung San Suu Kyi durant la période où elle a pris la tête du mouvement démocratique birman, entre août 1988 et juillet 1989. Quatre essais, plus anciens, les précèdent, dont une biographie de son père, Aung San, héros de l’Indépendance birmane, une présentation historique de son pays, et deux études sur l’histoire intellectuelle de la Birmanie. La dernière partie est consacrée à sa vie.

« Ce n’est pas le pouvoir qui corrompt, mais la peur : la peur de perdre le pouvoir pour ceux qui l’exercent, et la peur des matraques pour ceux que le pouvoir opprime… Dans sa forme la plus insidieuse, la peur prend le masque du bon sens, voire de la sagesse, en condamnant comme insensés, imprudents, inefficaces ou inutiles les petits gestes quotidiens de courage qui aident à préserver respect de soi et dignité humaine. » A.S.S.K

  • 1991
  • 220 p.
  • 14,75 €
  • EAN 9782721004239

La Presse en parle

Aung San Suu Kyi propose à son peuple ce qu’elle appelle « la révolution de l’esprit » : l’apprentissage de la démocratie et des droits de l’homme : en apprenant, d’abord, « à se libérer de la passivité et de la peur ». À ses yeux, les droits de l’homme et les authentiques principes de la démocratie ont une valeur universelle. Ils doivent être reconnus par le peuple birman, bien qu’ils ne soient pas nés dans son pays. Ils correspondent profondément à ses valeurs traditionnelles imprégnées par le bouddhisme. […] Merci Aung San Suu Kyi, pour votre merveilleux témoignage !

René Coste, La Croix du midi, 29 mars 1992

Bibliographie

Autres éditeurs

  • La Voix du défi. Conversations avec Alan Clements, Stock, 1996
  • Ma Birmanie. Conversations avec Alan Clements, édition revue et actualisée, Pluriel, 2012