Des femmes, Antoinette Fouque
La chambre intérieure
Irène Schavelzon

Irène Schavelzon est née en Champagne d’une mère française et d’un père poète yougoslave. Très jeune, elle a la passion de l’écriture. À quatorze ans, la lecture de Phèdre lui donne le goût du théâtre. Elle sera comédienne et jouera dans la troupe de Jean-Marie Serreau. Puis en 1960, elle revient à ses premières amours et publie son premier livre Les Mères aux éditions Gallimard.

Irène Schavelzon

Irène Schavelzon

La chambre intérieure

lu par l’auteure

Une enfant, petite fille multiple et errante, arpente la maison – lieu à peine ceint de murs tant sont labyrinthiques les étages, les niveaux, les enfilades de salons… – à la recherche de « la chambre », pôle et espace de sa quête et de tous ses désirs. Parcours de l’amour, faits, refaits, défaits, silencieux, tout parfumés d’odeurs anciennes, traversés de ces silences de jardins surchauffés aux heures de midi. « La chambre » proche et lointaine est celle de la mère à laquelle s’adresse un texte-dans-le-texte, qui espace et rythme les errances de l’enfant. Texte de retour à l’enfance, La chambre intérieure, fiction en forme de carte du tendre, renvoie aux images, aux fantasmes du corps féminin.

La Chambre intérieure, éditions des femmes-Antoinette Fouque, 1975

  • 1982