Des femmes, Antoinette Fouque
Email this to someonePrint this pageTweet about this on TwitterShare on Facebook
Milagro Sala, l’étincelle d’un peuple
Alicia Dujovne Ortiz

Née à Buenos Aires en 1940, Alicia Dujovne Ortiz est installée en France depuis 1978. Journaliste, critique littéraire et critique d’art, romancière, poète, écrivaine, biographe, elle est l’auteure de nombreux romans. Elle a également écrit plusieurs biographies remarquées. Ses livres ont été traduits en plus de vingt langues.
Elle a reçu en 2013, le Prix Konex de Platino (Argentine) pour l’ensemble de son œuvre.
Consulter le site de l’auteur

Alicia Dujovne Ortiz

Alicia Dujovne Ortiz

Milagro Sala, l’étincelle d’un peuple

Préface d’Adolfo Perez Esquivel, Prix Nobel de la Paix
Traduit de l’espagnol (Argentine) par Anne-Charlotte Chasset

Prix : 12 €

Qui est donc Milagro Sala, prisonnière politique la plus célèbre d’Argentine et pour la libération de laquelle une mobilisation internationale s’est manifestée ?
Arrêtée alors qu’elle venait d’être élue au Parlasur (assemblée du Mercosur latino-américain), retenue en détention préventive depuis plus d’un an sur ordre du gouverneur de la province de Jujuy, au Nord de l’Argentine, elle est menacée de toutes parts. Les accusations les plus variées ne cessent de s’amonceler contre elle, provenant de supposés témoins dont les flagrantes contradictions n’inquiètent pas la justice. La Cour interaméricaine des droits humains a exigé à plusieurs reprises sa libération immédiate.
Un temps placée en résidence surveillée dans sa maison, elle a été, comme sous la dictature, enlevée à l’aube du 13 octobre par des policiers cagoulés, qui l’ont reconduite en prison dans une voiture non immatriculée. Sa vie est en danger, il y a urgence à la protéger. Puisse ce livre y contribuer, c’est sa raison d’être.
Le pouvoir en place, un pouvoir mâle, blanc et féodal, n’a pas supporté de voir grandir l’influence de Milagro Sala, dirigeante populaire du mouvement qu’elle a créé, Tupac Amaru (du nom du descendant du dernier Inca qui a bravé le colonisateur espagnol au XVIIIe siècle). Indienne pauvre, fille des rues confrontée à la violence et à la drogue et passée par la prison, elle a pris en main son destin et celui de milliers d’enfants des rues, créant des centres de santé et des écoles autogérées, des maisons et même une piscine pour ces petits coyas, indiens ou métis n’ayant connu que les flaques d’eau pour se baigner. Elle a reçu, pour ces réalisations, des aides de l’État sous les gouvernements Kirchner, un des prétextes à la répression qu’elle subit.

Alicia Dujovne Ortiz, grande journaliste et romancière argentine, est allée enquêter sur place au printemps 2017 ; elle a rencontré Milagro Sala dans sa prison ainsi que son mari, ses camarades de luttes, ses voisins, ses ennemis aussi. Ce récit nous fait découvrir une femme hors du commun, d’une générosité exceptionnelle, incarnant de la manière la plus authentique l’esprit Inca, celui de la communauté paysanne qui ne baisse pas l’échine, celui de l’institution dite du « verre de lait » : qui reçoit quelque chose de la communauté se doit de lui faire un don en retour.


Lire la suite

  • Novembre 2017
  • 272 p.
  • 12 €
  • EAN 9782721006752

La Presse en parle

Une femme agissante debout comme une provocation permanente. (…) Parcours et discours en Argentine, la haine, les violences contre les femmes, « Ils nous ont toujours frappées mais depuis qu’on gagne notre argent et qu’on leur fait concurrence c’est encore pire ».

Didier Epsztajn, Entre les lignes entre les mots, 23 novembre 2017, lire l’article

En lisant cette enquête, on se convaincra (si c’était nécessaire) qu’en Amérique Latine, les contradictions sont exacerbées, les écarts de richesse sont énormes, et certains politiciens ne reculent devant rien ! L’affaire Milagro Sala est l’une des nombreuses formes de violence que le gouvernement argentin et sa Justice utilisent contre ceux qui pensent différemment, surtout s’ils militent dans des mouvements sociaux ou politiques qui n’obéissent pas au gouvernement.

Gilblog, novembre 2017, lire l’article

Bibliographie

Autres éditeurs (bibliographie sélective)

  • La Bonne Pauline, Mercure de France, 1979
  • Mon arbre, mon amant, Mercure de France, 1980
  • L’Arbre de la gitane, Gallimard, 1992
  • Maradona c’est moi, La Découverte, 1993
  • Eva Peron, la madone des sans-chemise, Grasset, 1995
  • Femme couleur tango, Grasset, 1998
  • Dora Maar, prisonnière du regard, Grasset, 2005
  • Anita, Grasset, 2006
  • Camarade Carlos, Un agent du Komintern en Amérique latine, La Découverte, 2008
  • L’étoile rouge et le poète, éditions Anne- Marie Métailié, 2009
  • Le Monologue de Teresa, Grasset, 2011