Des femmes, Antoinette Fouque
Lettre au voyageur
Nata Minor

Nata Minor est née en Russie en 1919 et s’exile en France dès la petite enfance avec sa famille. Psychanalyste, elle est aussi traductrice, notamment de Pouchkine. Elle est l’auteure de plusieurs essais et romans. Elle vit entre Paris et Trouville-sur-Mer.

Nata Minor

Nata Minor

Lettre au voyageur

Prix : 12,25 €

Deux sœurs sont confrontées différemment à l’épreuve de la mort de leur père. Margot, la première-née, « celle du pays perdu », le veille. La cadette, Élise, les laisse à « leur passé commun d’avant sa naissance, leur langue étrangère, leurs lieux codés, d’où elle était à jamais interdite », mais c’est elle qui porte l’alliance où sont gravés les deux noms de ses parents.

« L’année s’était écoulée lente et déchirée. Margot, allongée près de l’eau, songeait. Quelqu’un venait de partir, quelqu’un allait arriver et entre cette arrivée et ce départ, Margot contemplait l’année. Il suffisait parfois d’un temps infime, un entre-deux, une échancrure, une terrasse au soleil, un homme assis au bout de ses forces la tête dans les mains et tout autour l’exubérance, les envolées d’oiseaux, de plumes, de fleurs. Le temps au présent, un fil qui se casse, une toile qui se déchire et voilà… » N.M.

  • 1986
  • 171 p.
  • 12,25 €
  • EAN 9782721003003

La Presse en parle

Une lettre pour ce voyageur, ce père mortel, un berceau de mots pour cet homme qui déjà n’entend plus, ne veut plus écouter. Il agonise, il a passé le seuil du désir, il avance dans l’ombre. Il est pressé. Partir sans laisser d’adresse, quitter la maison fraîche, le soleil cru, la glycine, en finir avec cet amour qui insiste dans le regard éperdu de ses filles, Margot, Élise, l’une qui écrit, l’autre qui lit, dans la splendeur d’une île échouée au large d’un océan de larmes, où le temps se brise en éclats durs de mémoire inachevée. Des profondeurs de la psychanalyse qu’elle habite depuis longtemps comme un navire chargé de rêves, Nata Minor ramène vers le tamis de l’écriture l’or le plus fin.

Catherine David, Le Nouvel Observateur, 19 décembre 1986

Bibliographie

Autres éditeurs

  • Le Temps du Cavalier, récit (Régine Deforges, 1978)
  • Qui a écrit Madame Solario ?, Anne-Marie Métailié, 1992
  • Qui est là ?, roman, Le Reflet, 2002, Le livre de poche
  • Le Chapeau de monsieur Freud, Grasset, 2004
  • La Coquetterie du malheur, Grasset 2009