Des femmes, Antoinette Fouque
Histoires vraies
Collectif de femmes indiennes

Mahasweta Devi (née en 1926, bengali), Ismat Chughtai (née en 1915, urdu), Mrinal Pande (née en 1938, gujurati), Lakshmi Kannan (née en 1947, tamoul), et Vishwapryva Iyengar (née en 1958, anglais), Ila Arab Mehta (née en 1938) et Sunuti Aphale (née en 1942, marathi), viennent comme leurs héroïnes, d’horizons très différents. Les plus âgées ont connu la lutte pour l’indépendance, d’autres ont été marquées par les mouvements politiques plus récents, notamment les mouvements de femmes, d’autres encore, parmi les plus jeunes, se consacrent exclusivement à l’écriture.

Écrivaines, journalistes, universitaires, militantes, elles participent toutes de la vie politique, culturelle, intellectuelle de l’Inde, à l’échelle régionale ou nationale.

Collectif de femmes indiennes

Collectif de femmes indiennes

Histoires vraies

Femmes indiennes, écritures actuelles

Nouvelles traduites de l’anglais par Joëlle Blanc

Prix : 16,75 €

Les sept nouvelles réunies ici sont l’œuvre de sept femmes, Indiennes, qui se sont exprimées hors du cadre de la littérature anglophone, trop généralement considérée comme la seule écriture indienne moderne. Elles écrivent en sept langues différentes : bengali, tamoul, marathi, gujarati, hindi, urdu et anglais.
Histoires, donc, de destins. Expériences, instants de vie de femmes : Muniyakka, l’étudiante occidentalisée côtoie ici Jashoda, la nourrice ancestrale, Shakun l’artiste, Matilda, femme de pêcheur… Diversité aussi dans les voies qu’emprunte la fiction, de l’introspection à la parabole, du lyrisme au fantastique, pour faire surgir sous nos yeux la mosaïque de la vie indienne d’aujourd’hui.
Ces sept visages de l’Inde, citadine, rurale ou provinciale, tentent de transmettre le difficile pari du passage à la modernité dans un pays où règnent encore avec force les traditions des croyances religieuses.

  • 1988
  • 255 p.
  • 16,75 €
  • EAN 9782721003706

La Presse en parle

Chaque texte soulève avec ironie, compassion ou révolte, un aspect de la vie et de la condition des femmes indiennes. Or si le danger, avec ce genre de panorama, est de sombrer dans une imagerie misérabiliste, le présent recueil possède l’immense avantage d’éviter le piège par l’humour et parfois aussi par la froide analyse des événements. Cet univers touffu, aux invraisemblables histoires vraies, n’a pas fini de nous remuer et de nous surprendre. À lire, avant d’aller voir Salaam Bombay.

Isabelle Larrivée, Voir, 6-12 octobre 1988