Des femmes, Antoinette Fouque
Comme si de rien n’était

Prix Observator cultural 2020

Alina Nelega

Alina Nelega est née en 1960 en Roumanie. Romancière et dramaturge, ses pièces sont traduites en de nombreuses langues, dont Amalia respire profondément, publiée en 2012 aux éditions l’Espace d’un instant. Lauréate de nombreux prix, le prix Observator cultural, équivalent au Goncourt en Roumanie, lui a été décerné en 2020 pour Comme si de rien n’était, son premier roman traduit en langue française.

Alina Nelega

Alina Nelega

Comme si de rien n’était

Traduit du roumain par Florica Courriol, avec le soutien du CNL

Prix : 22 €

Ce roman suit la vie d’une femme, Cristina, éprise d’une autre femme et passionnée d’écriture, pendant la dernière décennie de la dictature communiste en Roumanie, dans les années 1980. L’histoire commence à l’adolescence de Cristina, lycéenne dans une ville de province. Elle tombe amoureuse de sa meilleure amie, Nana, lui déclare ouvertement ses sentiments et découvre une réciprocité. Mais après un court moment d’euphorie, Nana s’éloigne brutalement et part à Bucarest pour devenir comédienne, coupant tout lien avec Cristina. Celle-ci, de son côté, suit le parcours balisé de la conformité sociale. Elle épouse Radu, le frère de Nana, et tente douloureusement de négocier sa fine marge de confort matériel et moral, en naviguant entre les contraintes familiales, sociales et politiques. Elle essaie d’écrire, tout en sachant qu’il serait impossible de publier un texte sincère sur ce qu’elle pense et ressent. Puis renoue avec Nana, qui fuit de nouveau la relation et part en France. À l’aube de la quarantaine, les deux femmes, réunies puis séparées, trouvent chacune le courage d’accepter et d’affirmer à voix haute leurs choix, leurs émotions et leur identité. Mais cet acte libérateur, par lequel Nana peut enfin vivre, ne suffit pas à sauver Cristina, toujours captive de l’étouffante société roumaine. Dans ce roman exceptionnel, les rouages de l’oppression sont mis à nu dans leurs aspects les plus subtils. L’un des rares romans roumains à traiter de l’homosexualité féminine sous Ceausescu.

« Pour la énième fois elle se demande pourquoi ça retombe chaque fois sur elle, sur mille élèves en uniforme c’est toujours elle que l’on choisit d’éduquer, de redresser. À cause de son regard peut-être, il y a un truc qui cloche du côté de son regard, trop concret – elle avait cette mauvaise habitude de regarder pour voir – à moins que ce soit, allez savoir, cet air dont elle ne peut se défaire, de gamin de quartier qui sort prendre l’air et se met à taper la balle contre un mur, les genoux écorchés par les chutes en vélo, ce vélo dont la chaîne saute tout le temps. » A.N.

Parution le 18 mars 2021

Disponible en eBooks • 15,99 €ePub ISBN 9782721008770 • PDF ISBN 9782721008787 

  • Mars 2021
  • 288 p.
  • 22 €
  • EAN 9782721008763