Des femmes, Antoinette Fouque
Bonhomme de neige, bonhomme de neige
Janet Frame

Janet Frame (1924-2004), grande romancière et nouvelliste néo-zélandaise, est l’auteure de onze romans, cinq recueils de nouvelles, un recueil de poèmes et d’une autobiographie, adaptée au cinéma par Jane Campion en 1990 sous le titre Un ange à ma table.

Janet Frame

Janet Frame

Bonhomme de neige,
bonhomme de neige

Traduit de l’anglais (Nouvelle-Zélande) par Keren Chiaroni et Élisabeth Letertre

Prix : 15 €

Bonhomme de neige, bonhomme de neige, est un conte parmi les plus longs de Janet Frame, paru en 1963 dans un recueil éponyme ; l’autrice l’inclura vingt ans plus tard dans un autre livre. Il nous plonge dans la conscience d’un bonhomme de neige créé dans le jardin de la maison familiale par le personnage de Rosemary Dincer qui disparaîtra avant lui. Depuis son point d’ancrage, ce bonhomme de neige observe le monde dans un émerveillement mêlé de stupeur et d’interrogation métaphysique. Appuyé sur le rebord d’une fenêtre, son mentor, le Flocon de neige Éternel, l’aide à interpréter ce qu’il voit tout en lui rapportant des anecdotes sur les voisins du quartier. Le bonhomme de neige les commente à partir d’associations lyriques renvoyant à une lucidité enfantine très singulière, qui fait la virtuosité de la prose de Janet Frame. Une certaine causticité, à la fois naïve et bouleversante, résulte de sa croyance en son immortalité, alors qu’on le sait, il est destiné à fondre. Dans le même temps, la figure de Rosemary traverse toute la trame du récit, ce bonhomme de neige incarnant l’empreinte évanescente laissée par sa jeune créatrice décédée : il cristallise à lui seul la trace et le souvenir de cette disparition. Janet Frame déploie ici avec talent et délicatesse une poétique du deuil qui entre en résonance avec sa propre expérience.

« Pourquoi devrais-je avoir peur ? Il y a des enveloppes grises qui claquent dans le ciel et les arbres écrivent leurs adresses sur le ciel, et accrochés au coin des nuages il y a les cigognes aux pattes rouges pressées de s’envoler vers le sud pour s’asseoir au sommet d’une pyramide dorée et aiguiser leurs becs sur la pierre dorée. Je me souviens de cela, même si je ne suis qu’un bonhomme de neige. J’aime lever les yeux vers le ciel. » J.F.

Parution 9 avril 2020

  • Avril 2020
  • 128 p.
  • 15 €
  • EAN 9782721007209

Bibliographie

Aux éditions des femmes-Antoinette Fouque

Autres éditeurs

  • La Chambre close, Alinéa, 1986, réédité sous le titre Les hiboux pleurent vraiment, éditions Joëlle Losfeld, 1994, Payot et Rivages, 2002
  • Le Jardin aveugle, éditions Joëlle Losfeld, 1998, Payot et Rivages, 2004
  • Ma Terre, mon île, Les Belles Lettres, 1992, réédité sous le titre Ma Terre, mon île. Un ange à ma table, vol. 1, éditions Joëlle Losfeld, 2000
  • Parmi les buissons de Matagouri, Hommes et Groupes éditeurs, 1986, réédité sous le titre Un été à Willowglen, Un ange à ma table, vol. 2, éditions Joëlle Losfeld, 1995
  • Le Messager. Un ange à ma table, vol.3, éditions Joëlle Losfeld, 1996