Des femmes, Antoinette Fouque
Tupamaras
Ana Maria Araújo

Exilée politique en France où elle découvre les mouvements révolutionnaires des femmes en 1975, Ana Maria Araujo, sociologue, professeure de philosophie à Montevideo, repense et interroge son histoire, sa lutte politique en Uruguay, avec d’autres guérilleras du Mouvement de Libération Nationale Tupamaros.

Ana Maria Araújo

Ana Maria Araújo

Tupamaras

Des femmes de l'Uruguay

Prix : 7,25 €

Paroles de femmes qui ont combattu la mainmise impérialiste sur tout un continent. Rompant avec l’oppression familiale, elles ont conquis, dans la guérilla, un espace de lutte, et trouvé une émancipation. Avec ses impasses : l’égalité dans la lutte armée, c’est l’égalité devant le pouvoir de l’arme, celle qu’on tient ou qui menace. Contraintes à s’identifier au militant-héros masculin, les Tupamaras, en tant que femmes, sont doublement clandestines. Quelques-unes prennent la parole…

« C’est ainsi que je commençais à écrire mon premier livre. Avec ces paroles. En langue française. Et cette première écriture a touché à jamais mon corps de femme, d’exilée, de combattante, de fille, de mère. Aujourd’hui, presque trente ans après, je suis rentrée « chez moi » au sud, en Uruguay, qui en langue Guarani, veut dire « fleuve des oiseaux peints ». […] Nous sommes face à nos rêves… mais surtout, face à nos désirs de vouloir créer, malgré tout, un autre monde, une autre justice, une autre solidarité. » A.M.A.

  • 1980
  • 290 p.
  • 7,25 €
  • EAN 9782721001924

La Presse en parle

En Uruguay, depuis avril 1972, un habitant sur cinquante a été incarcéré ou soumis à des interrogatoires… Depuis son exil parisien, une ancienne militante du MLN Tupamaros (Movimiento de Liberación Nacional) tente de repenser sa réalité passée, l’histoire de son propre échec et celle de son pays. Réflexion sur l’identité, sur le néo-colonialisme subi par ce que l’on continue d’appeler à tort l’Amérique « latine », ce livre-témoignage a quelque chose d’extrêmement troublant en ce qu’il démontre une nouvelle fois que l’histoire passe avant tout par le quotidien et l’individu. Partant de la contestation que « les femmes souffrent l’histoire et ne la font pas » et que, loin d’être atténuée, l’oppression de la femme à l’intérieur des organisations révolutionnaires s’y trouve renforcée, Ana Maria Araujo pose en fait le problème de l’exclusion et de l’exil, que ce dernier soit intérieur ou non.

Gérard de Cortanze, Le Monde, 27 mars 1981