Des femmes, Antoinette Fouque
Les sociétés matriarcales
Heide Goettner-Abendroth

Heide Goettner-Abendroth, née en Thuringe, en Allemagne, en 1941, obtient son  doctorat en philosophie des sciences à l’université de Munich, où elle enseigne pendant dix ans (1973-1983). Elle décide de consacrer sa vie et ses recherches aux sociétés et cultures matriarcales dont elle devient l’une des grandes spécialistes mondiales. Quittant l’université alors fermée à ce champ d’études, elle créée en 1986 l’Académie internationale HAGIA pour les recherches matriarcales, dont elle assure depuis la direction. Elle est à l’initiative de plusieurs congrès mondiaux sur le sujet (au Luxembourg en 2003, aux États-unis en 2005, en Suisse en 2011). Professeure invitée de l’université de Montréal au Canada, et de l’université d’Innsbruck en Autriche, elle a été sélectionnée en 2005 par le programme international « 1000 femmes de paix à travers le monde » comme candidate pour le prix Nobel de la paix.

Heide Goettner-Abendroth

Heide Goettner-Abendroth

Les sociétés matriarcales

Recherches sur les cultures autochtones à travers le monde

Traduit de l’anglais par Camille Chaplain

Prix : 25 €

Dans cet ouvrage pionnier, fondateur des recherches matriarcales modernes, Heide Goettner-Abendroth définit pour la première fois clairement et scientifiquement le concept de matriarcat, jusque-là décrié et opaque, qui lui permet de revisiter l’histoire culturelle de l’humanité. Dans un aller-retour permanent entre le terrain et la théorie, elle offre une vue d’ensemble des sociétés matriarcales dans le monde à travers l’étude de chacune d’entre elles, faisant apparaître que celles-ci ont non seulement précédé le système patriarcal apparu vers 4000-3000 avant notre ère, mais qu’elles lui ont survécu jusqu’à ce jour sur tous les continents. Elle met en lumière que les sociétés matriarcales, loin d’être une image inversée du patriarcat, comme le prétend l’idéologie dominante dont l’autrice fait une critique radicale, sont des sociétés d’égalité et de partage entre les sexes. D’où l’utilité de leur étude pour aider les femmes et les peuples autochtones en particulier à penser une alternative au système de domination patriarcal et colonisateur.
Tout d’abord publiés en allemand dans une version longue, ces travaux qui ont inspiré plusieurs générations de chercheuses et chercheurs en histoire et en anthropologie, ont été édités en anglais et en espagnol dans une version internationale aujourd’hui enfin disponible en français.

À paraître le 19 septembre 2019

Rencontre exceptionnelle avec Heide Goettner-Abendroth
Samedi 21 septembre de 19h à 21h

35 rue Jacob Paris 6e

  • Septembre 2019
  • 600 p.
  • Cahier photos couleur
  • 25 €
  • EAN 9782721007018

La Presse en parle

La somme déjà classique de Heide Goettner-Abendroth, Les Sociétés matriarcales. Recherches sur les cultures autochtones à travers le monde, enfin traduite en français en septembre, aux éditions Des femmes-Antoinette Fouque. Florent Georgesco, Le Monde des Livres, 23 aout 2019

À lire en exclusivité dans L’Obs le grand entretien d’Heide Goettner-Abendroth, docteure en philosophie des sciences : Le matriarcat est-il l’avenir de l’homme ? 
Véronique Radier, L’Obs, 12 septembre 2019

Rentrée littéraire féministe : les 10 livres (voire plus) à dévorer. Et la somme de Heide Goettner-Abendroth déjà culte « Les Sociétés matriarcales. Recherches sur les cultures autoch­tones à travers le monde ». Charline Cauchie, RTBF, 10 septembre 2019

À l’évidence, ce monde gouverné en général par l’homme (sans majuscule) ne tourne pas rond selon la plupart de ces ouvrages. Les solutions simples existent pourtant, et elles fonctionnent plutôt bien, affirme Heide Goettner-Abendroth dans Les sociétés matriarcales. Livres Hebdo Newsletter, 22 aout 2019