Artisanes de la Paix

Prix Elise M. Boulding
Prize in Peace History

Mona L. Siegel

Mona L. Siegel est professeure d’histoire à l’Université d’État de Californie, à Sacramento. Ses recherches et ses travaux sont axés sur les histoires entrelacées du féminisme, de l’internationalisme et du pacifisme au XXe siècle. Elle a publié plus d’une vingtaine d’articles et de blogs ainsi que deux livres, The Moral Disarmament of France : Education, Pacifism, and Patriotism, 1914-1940 (Cambridge University Press, 2004), qui a reçu le prix du Livre exceptionnel de la History of Education Society en 2006, et Artisanes de la Paix, paru en 2020 chez Columbia University Press. Francophile de longue date, elle a, lorsqu’elle était étudiante, passé une année à l’université de Bordeaux et a par la suite séjourné à plusieurs reprises à Paris.

Mona L. Siegel

Mona L. Siegel

Artisanes de la Paix

La lutte mondiale pour les droits des femmes

après la Grande Guerre

Traduit de l’anglais (États-Unis) par Camille Chaplain

Prix : 20 €
Ebook : 14,99 €

À l’automne 1918, la Première Guerre mondiale à peine terminée, les généraux cèdent la place aux hommes d’État qui doivent définir les termes de l’armistice et ouvrir les négociations de paix. Des femmes politiquement engagées, notamment dans le mouvement pour le suffrage des femmes, n’entendent pas laisser les hommes décider seuls et demandent qu’une délégation soit reçue et admise à la table des négociations alors que doit se tenir Conférence de la paix, à Paris. Le refus du président des États-Unis, Woodrow Wilson, et du Premier ministre britannique, David Lloyd George, n’entame en rien leur détermination à agir : les femmes s’organisent entre elles et se préparent à exiger l’égalité des sexes et la justice sociale ainsi que des mesures pour instaurer une paix durable dans le monde d’après-guerre.
La Conférence de la paix de Paris suscite une vague de militantisme féminin sans précédent, attirant sur la scène internationale des femmes venues du monde entier pour défendre simultanément la paix, la démocratie et les droits des femmes. Tel est le point de départ de cet ouvrage, dont le fil rouge pourrait être que « Nul ne peut se croire autorisé à parler au nom des peuples tant que les femmes seront exclues de la vie politique des nations », selon la formule de la féministe et suffragiste française Marguerite de Witt Schlumberger.

Les femmes des pays engagés dans la Première Guerre mondiale, qui ont dû remplacer dans tous les domaines les hommes partis au front, ont « accompli de grandes choses » et pris conscience de leur valeur. Pour elles, « impossible de revenir en arrière ». La Conférence de la paix se devait de reconnaître pleinement leurs droits. Le combat sera long…
Très documenté et précis dans la relation des faits historiques, Artisanes de la Paix est parsemé de notations sur la personnalité et la vie des femmes dont Mona Siegel fait le portrait, retraçant leur parcours pour s’émanciper des normes imposées par la société et par leur milieu d’origine, mettant en valeur leur capacité à s’organiser dans leur lutte incessante pour les droits des femmes dans tous les domaines – droit de vote, travail salarié, travail domestique, etc. – tant au niveau national qu’au niveau international.

Le livre vient de recevoir aux États-Unis le prix Elise M. Boulding Prize in Peace History.

Parution le 31 mars 2022
EAN : 9782721009517 – eBook : 9782721009524

  • Mars 2022
  • 352 p.
  • 20 €
  • Ebook 14,99 €

Bibliographie

Autres éditeurs

  • Courtiser Woodrow Wilson pour obtenir le droit de vote : le combat des féministes françaises en 1917- 1918, dans Matériaux pour l’histoire de notre temps, traduit par Carl Bouchard, 2018
  • Paroles féministes et pacifistes au temps de la Grande Guerre dans Paroles de paix en temps de guerre, dir. Sylvie Caucanas, Rémy Cazals et Nicholas Offenstadt, Privat, 2006