Taslima Nasreen

Taslima Nasreen

Les premières condamnations à mort lancées par les intégristes musulmans du Bangladesh contre Taslima Nasreen alors âgée de 32 ans, médecin, journaliste et écrivaine, datent de la publication de chroniques dans la presse, puis dans un recueil édité en 1991, qui a connu un immense succès. Celles-ci dénoncent l’oppression des femmes dans un pays où l’islam est religion d’État.

Le 2 juillet 1993, sous le coup d’une nouvelle condamnation des intégristes et d’un mandat d’arrêt du gouvernement de son pays, Taslima Nasreen envoyait un appel au secours – « Je suis en grave danger. Les intégristes peuvent me tuer à tout moment. Je vous en prie, sauvez-moi » –  à Antoinette Fouque qui a aussitôt engagé une action militante, médiatique et diplomatique pour sa libération. Le 4 août, Taslima Nasreen pouvait sortir de la clandestinité et se présenter devant la justice. Le 10 août 1994, elle est arrivée libre en Suède. Depuis, elle vit en exil.

Bibliographie

Aux éditions des femmes - Antoinette Fouque

Agenda

Marché de la Poésie 2021 du 20 au 24 octobre Place Saint-Sulpice Paris 6e – Stand 412

Rendez-vous de l’Histoire de Blois : 10 octobre à 14h15, Les femmes « 3 fois travailleuses » et dédicaces au Salon du livre

La Plume d’or du Grand Prix du livre audio a été décernée au chef-d’œuvre Au phare de Virginia Woolf  lu par Fanny Ardant

Voir les actualités