Ana Guadalupe Martínez

En 1972, lorsque le gouvernement libéral élu est renversé par une junte militaire, Ana Guadalupe Martínez  rejoint l’Armée révolutionnaire du peuple (ERP) au sein de laquelle elle prendra des responsabilités importantes sous le nom de « Commandante Marie ». Elle est arrêtée en 1976 et  emprisonnée pendant neuf mois par la Garde nationale salvadorienne.

A sa libération, elle s’exile en Algérie puis en France avant de retourner au Salvador en 1978 pour rejoindre les forces de la guérilla. En 1992, avec quatre hauts commandants du Front Farabundo Marti de libération nationale (FMLN), Ana Guadalupe Martínez  négocie, sous l’égide de l’ONU, un accord de paix avec le gouvernement salvadorien pour mettre fin à la longue guerre civile qui a ravagé le pays. Elle a rompu avec le FMLN pour créer, avec d’anciens camarades de l’ERP, le parti démocrate. Elle a 3 enfants.

Bibliographie

Aux éditions des femmes - Antoinette Fouque

Agenda

Geetanjali Shree en France pour Maï, une femme effacée 23 mai Aubervilliers, 26 mai Lyon, 31 mai Alès

Pinar Selek persiste et signe, rencontres vendredis 24 mai 19h Paris 3e et 31 mai 18h à Marseille

VOX, festival du livre audio à la Maison de la Poésie Paris 3e : 24 mai 19h et 25 mai 14h

Voir les actualités