Email this to someonePrint this pageTweet about this on TwitterShare on Facebook
Être ici est une splendeur
Marie Darrieussecq

Née en 1969 à Bayonne, Marie Darrieussecq est écrivaine et psychanalyste. Ancienne élève de l’École normale supérieure et agrégée de lettres modernes,  elle enseigne brièvement à l’université de Lille III puis publie son premier livre, Truismes (POL, 1996) qui fait l’événement. Elle a obtenu, en 2013, le prix Médicis pour son roman Il faut beaucoup aimer les hommes.  Depuis 2001, Marie Darrieussecq est la marraine du réseau DES France, association d’aide et d’information aux victimes du Distilbène.

Marie Darrieussecq

Marie Darrieussecq

Être ici est une splendeur

Vie de Paula M. Becker

lu par l’auteure

1 CD
22 €

Téléchargement
19,99 €

« Je sens en moi une trame douce, vibrante, un battement d’ailes tremblant au repos, retenant son souffle. Quand je serai vraiment capable de peindre, je peindrai ça. » Lorsqu’elle écrivit ces mots, Paula Modersohn-Becker (1876-1907) n’était pas encore une artiste, mais une jeune femme aspirant à le devenir. Bien consciente des limites qui l’entravaient encore, mais résolue à ne pas céder sur son dessein (…). C’est cette obsession de la vérité qui a frappé Marie Darrieussecq la première fois qu’elle s’est trouvée face à un tableau de l’artiste allemande : sur la toile figurent une mère et son enfant qui « se câlinent du bout du nez », et dans cette scène de tendresse, « ni mièvrerie, ni sainteté, ni érotisme : une autre volupté. Immense. Une autre force. Tout ce que je savais en regardant cette toile, c’est que je n’avais jamais rien vu de tel ».
Autant qu’un récit biographique, nourri des lettres et des écrits personnels de Paula M. Becker – morte à 31 ans, dix-huit jours après avoir donné naissance à sa fille, Mathilde -, c’est une réflexion sur son geste esthétique que mène Marie Darrieussecq dans cet opus précis, épuré, profond. Une interrogation sur la nouveauté et le secret de l’intensité de cette peinture sans ombre ni perspective, centrée sur le motif féminin, à laquelle s’est vouée celle qui fut par ailleurs l’amie de Rilke et de son épouse, la sculptrice Clara Westhoff ». Nathalie Crom, Télérama, 12 avril 2016.

Marie Darrieussecq a contribué à l’exposition consacrée à Paula Modersohn-Becker par le Musée d’Art moderne de la Ville de Paris (avril-août 2016). Première du genre, celle-ci a rassemblé une centaine de tableaux ainsi que des carnets et lettres de l’artiste. Elle a mis en valeur l’importance de Paris dans la vie et la formation de la jeune Allemande, qui y a rencontré les plus grands : Rodin, Cézanne, Gauguin, le Douanier Rousseau, Picasso, Matisse.

Être ici est une splendeur, Vie de Paula M. Becker, P.O.L, 2016

Écoutez un extrait

  • Novembre 2016
  • Un CD MP3
  • Texte intégral
  • 2h57
  • 22 €
  • EAN 3328140021660
  • Téléchargement
  • 19,99 €
  • EAN 3328140021974

Voir aussi

Claire dans la forêt

Claire dans la forêt

Marie Darrieussecq

Le Bébé

Le Bébé

Marie Darrieussecq

Voir aussi de Marie Darrieussecq