Des femmes, Antoinette Fouque
Une femme dans la guerre
Christine Spengler

Christine Spengler, correspondante de guerre de renommée internationale, exerce ce métier depuis 1970. Ses photos sur l’Irlande du Nord, le Viêt-Nam, le Cambodge, le Liban, l’Iran… ont paru dans Life, Paris-Match, Time, Newsweek… Elle réalise également des photos d’art.

Christine Spengler

Christine Spengler

Une femme dans la guerre

1970-2005

Prix : 25,50 €

Grand reporter de guerre, ayant eu à cœur de témoigner de ce qu’elle estimait être des « causes justes », Christine Spengler a pendant vingt-cinq ans parcouru un monde déchiré par des conflits. La photographe se sent en communion avec le deuil et la douleur du monde, surtout après le suicide de son frère Éric, auquel elle était profondément liée depuis l’enfance, et porte un regard sensible et particulier, celui d’une femme qui, au plus profond du drame, voit la vie continuer malgré tout. Dans cette réédition augmentée de l’ouvrage paru chez Ramsay, Christine Spengler raconte comment une rencontre va transformer son regard sur le monde. C’est alors le temps du retour dans des pays en paix où la guerre a laissé des traces, mais la vie recommence… en même temps que continuent les voyages dans de nouveaux lieux déchirés par les conflits.

Une femme dans la guerre de Christine Spengler le film

Une femme dans la guerre de Christine Spengler est devenu un film : Moonface, una mujer en la guerra de Xavi Herrero et Lucia Ortin Boetti. Sa première diffusion est prévue en janvier 2019 au festival Ibizacinefest à Ibiza. Voir la bande annonce.

  • 2006 (1ère édition : Ramsay, 1991)
  • 525 p.
  • 25,50 €
  • EAN 9782721005267

La Presse en parle

« Son nom paraît sorti d’un roman de Marguerite Duras, mais la comparaison ne s’arrête pas là. Dans les rues de Saigon désert, elle a photographié les visages des orphelins hallucinés ; dans Téhéran fanatisée, elle a vu les enfants impubères armer leurs premiers fusils. En Afghanistan, au Kurdistan, au Liban, partout où le monde était en deuil, le grand angle de Christine Spengler n’était jamais loin. Reporter de guerre elle a ainsi erré, telle une héroïne durassienne, pour oublier le suicide d’un frère adoré. Elle «voulait mourir en terre étrangère», comme elle le rappelle, et puis le temps a atténué le manque. Christine a eu envie de quitter ses vêtements de deuil et de mettre de la couleur dans ses photos. À force de côtoyer les morts, elle a redécouvert les vivants. »

Biba

Moitié ombre, moitié lumière, ces clichés criants de vérité sont autant de chefs-d’œuvre oniriques et baroques, redonnant paradoxalement couleur à la vie. De tous les conflits depuis 1970, la correspondante de guerre a réussi l’exploit de capturer des instants de grâce, dans tous les deuils du monde.

Véronique Boulinguez, Le Figaro

Bibliographie

Autres éditeurs

  • Vierges et Toreros, textes de Christian Lacroix, éditions Marval, 2003
  • Années de guerre, 1970-2002, éditions Marval, 2003