Des femmes, Antoinette Fouque
Rosalind Franklin
Brenda Maddox

Brenda Maddox est journaliste, auteure et biographe. Critique littéraire pour The Observer, le Times, le New York Times ou le Washington Post, elle intervient également à la BBC4. Ses biographies d’Elizabeth Taylor, D.H. Lawrence, Nora Joyce et W.B. Yeats, ont connu un succès considérable. Elle a reçu plusieurs prix littéraires dont le Silver PEN Award, et le prix français du Meilleur livre étranger en 1988 pour Nora, biographie de Nora Barnacle, l’épouse de James Joyce.

Brenda Maddox

Brenda Maddox

Rosalind Franklin

La Dark Lady de l’ADN

Traduit de l’anglais par Samia Touhami

Prix : 20 €

Le nom de Rosalind Franklin est peu connu du grand public. Ses travaux sont pourtant à l’origine de l’une des découvertes les plus importantes du XXe siècle : l’ADN. Mais elle n’en a été créditée ni par ses pairs, à qui elle a fourni, à son insu, une étape décisive dans la révélation de la « double hélice », ni par le jury du Prix Nobel qui a récompensé ces derniers en 1962. Brenda Maddox retrace l’histoire de cette remarquable biologiste moléculaire britannique, en exposant l’injustice dont elle a été victime, mais aussi en soulignant la richesse de « sa vie complexe, féconde et active », bien que prématurément interrompue par son décès d’un cancer en 1958. Elle avait 37 ans. Cette biographie est un hommage, la réhabilitation d’une femme et d’une grande scientifique.

  • 2012
  • 509 p.
  • 20 €
  • EAN 9782721006189

La Presse en parle

Cette biographie décrit particulièrement bien l’atmosphère régnant à cette époque dans les meilleurs laboratoires de différents pays dans lesquels elle a séjourné, notamment l’Angleterre, mais aussi la France, qu’elle appréciait pour différentes raisons […] Ce livre décrit aussi admirablement les relations complexes et ambiguës des chercheurs travaillant sur le même sujet, mêlant rivalité et amitié (parfois également l’amour) dans une compétition pour la réussite qui dérape souvent dans des comportements peu déontologiques, dont Rosalind Franklin fut précisément la victime. […] Ce livre est un document passionnant dont je recommande la lecture sans réserve.

Jean-Jacques Kupiec, Pour la science, octobre 2012