Des femmes, Antoinette Fouque
L’Œil de la poupée
Irina Ionesco

Irina Ionesco naît à Paris en 1935 puis passe son enfance en Roumanie où elle restera jusqu’en 1946. C’est en 1965 qu’elle s’enthousiasme pour la photographie et commence le parcours artistique qui la conduira à exposer dès 1970. Internationalement connue, elle multiplie les expositions et les publications de ses photographies, toujours des femmes maquillées, habillées et mises en scène avec soin, qui évoluent dans un univers étrange, fascinant. Avec l’Œil de la poupée, son premier roman, la photographe s’expose elle-même dans une mise en scène autobiographique qui la dévoile sans restriction.

Irina Ionesco

Irina Ionesco

L’Œil de la poupée

Prix : 15,25 €

« La voix monocorde de Manie scandait le temps. Isa éprouvait une réelle incrédulité à écouter cette transe d’aveux funestes que sa grand-mère exprimait enfin. Les mots s’égrenaient. Ses paroles, nimbées d’un son lugubre, ne frappaient pas encore l’entendement d’Isa. Cependant elle commençait à découvrir le sens d’un drame, assurément antique, dont elle aurait été le sujet et la cause. Ce qu’elle venait d’entendre à propos de leur vie à eux – cette trilogie maudite, le temps d’un blasphème dont elle aurait été le fruit – déchirait l’épaisseur d’un voile noir composé de mille strates. Une lumière terrible éclairait son interminable questionnement. » I.I.

« Dans ce récit de ma vie, j’ai choisi de m’appeler Isa, ce prénom que je me suis donné au début de ma carrière de danseuse. Et j’ai volontairement occulté la plupart des noms de famille de tous les êtres que j’ai connus. Ainsi cette autobiographie peut-elle se lire comme un roman. » I. I.

  • 2004
  • 208 p.
  • 15,25 €
  • EAN 9782721004857

La Presse en parle

[…] Et tandis que les traits se précisent, que l’effrayante vérité se dessine, Isa se perd. Écuyère, dresseuse de serpents, danseuse acrobatique, partenaire de lanceur de couteaux : les numéros de cirque s’enchaînent, comme les amants, d’Alger à Alep. Puis c’est le retour à Paris. Isa a 25 ans et sa destinée devant elle : elle griffonne ses premiers croquis, prémices de sa deuxième vie, celle de photographe émérite. Le beau récit s’achève; le lecteur se réveille. Troublé, transporté, grisé.

Marianne Payot, L’Express, 02-08 août 2004

Bibliographie

Autres éditeurs

  • Liliacées langoureuses aux parfums d’Arabie, 1974 (Le Chêne)
  • Femmes sans tain, 1975 (Bernard Letu)
  • Le Temple aux miroirs, 1977 (Seghers)
  • Irina Ionesco, 1979 (Bernard Letu)
  • Cent onze photographies érotiques, 1980, Le divan, 1981 (Oblique /Borderie)
  • Les Immortelles, 1991 (Contrejour)