Des femmes, Antoinette Fouque
Email this to someonePrint this pageTweet about this on TwitterShare on Facebook
Je suis une maudite sauvagesse
An Antane Kapesh

An Antane Kapesh (née en 1926) a écrit en langue montagnaise. Un second livre, Qu’as-tu fait de mon pays ? a été également traduit en français.

An Antane Kapesh

Je suis une maudite sauvagesse

Prix : 7,25 €

Une femme indienne du Canada écrit, dans sa langue, le montagnais, sa révolte, son refus de l’assimilation. Voix rude, tranquille et implacable, qui dit ce qu’il en a coûté à la culture et au peuple indiens de passer au laminoir du colonialisme blanc.

« Dans mon livre, il n’y a pas de parole de Blanc. Quand j’ai songé à écrire pour me défendre et pour défendre la culture de mes enfants, j’ai d’abord bien réfléchi, car je savais qu’il ne fait pas partie de ma culture d’écrire. » A.A.K.

« Je suis une maudite sauvagesse. Je suis très fière quand, aujourd’hui, je m’entends traiter de Sauvagesse. Quand j’entends le Blanc prononcer ce mot, je comprends qu’il me redit sans cesse que je suis une vraie Indienne et que c’est moi la première à avoir vécu dans le Bois. Or, toute chose qui vit dans le bois correspond à la vie la meilleure. Puisse le Blanc me toujours traiter de sauvagesse. » A.A.K.

  • 1982
  • 150 p.
  • 7,25 €
  • EAN 9782721002228

La Presse en parle

Il y a, dans ce livre court et intense, quelque chose de l’Automne des Cheyennes. Je veux dire cette présence puissante et insistante de la fierté indissoluble, du combat pour l’identité, ce refus hautain de l’environnement « blanc ». Même dans l’espace clos de la réserve, la « maudite sauvagesse » ne désespère pas, porte avec elle tout son passé, toute son histoire, ses racines d’eau et de feu, ses racines qui convoquent le sacré et la connaissance. Écrit en langue indienne, sans « parole de Blanc », Je suis une maudite sauvagesse est un livre de mythe et d’espoir, de lutte et de savoir.

Gérard de Cortanze, Révolution, 18 février 1983