Email this to someonePrint this pageTweet about this on TwitterShare on Facebook

Antoinette Fouque, fondatrice des éditions des femmes

Durant quarante-six ans, Antoinette Fouque a lutté pour faire reconnaître et progresser les droits des femmes, en France et dans le monde.
Née à Marseille en 1936, psychanalyste et politologue, elle a théorisé la différence des sexes, du côté de la psychanalyse en élaborant au-delà de Freud et de Lacan une pensée nouvelle de la génitalité, et du côté du politique en apportant le concept de parité qualitative.
Auteure de nombreux ouvrages, dont Il y a deux sexes et Gravidanza, Antoinette Fouque a inventé la notion de féminologie. Une approche philosophique invitant à aller au-delà du féminisme, et à réexaminer la démocratie, en mettant à son cœur la reconnaissance qu’il y a deux sexes.
Après avoir cofondé le MLF, Mouvement de libération des femmes en 1968, tout en lançant le groupe de réflexion Psychanalyse et Politique, Antoinette Fouque a multiplié les prises de position et les créations en faveur des femmes.
Elle est ainsi à l’origine, en 1973, des éditions des femmes, pionnières en Europe, et de la première librairie des femmes, qui vit le jour simultanément, dans le quartier Saint-Germain, à Paris.

Encourager l’écriture des femmes

La vocation des éditions des femmes demeure aujourd’hui, après le départ d’Antoinette Fouque en 2014, de contribuer à la libération des femmes dans le monde en encourageant leur écriture, en un geste d’hospitalité créateur.
Plus de 600 titres, édités dans une dizaine de collections, ont été publiés par cette maison depuis 1974. On y découvre des témoignages de vie, de lutte, mais aussi de la poésie, de la fiction, ou encore des correspondances. Certains auteurs considèrent les Éditions des femmes comme leur lieu de naissance, d’autres y ont trouvé une nouvelle vie.
Antoinette Fouque a par ailleurs fondé l’Alliance des femmes pour la démocratie, au début de l’année 1989, date symbolique deux cents ans après la Déclaration des Droits de l’Homme, qui exclut les femmes.
Cela l’a conduite quelques années plus tard à se présenter sur la liste des Radicaux de gauche, à leur invitation, lors des élections européennes, et à devenir députée de 1994 à 1999. Elle a siégé dans les commissions des Droits de la femme, des Affaires étrangères, et des Libertés publiques.
Antoinette Fouque s’est investie sans relâche dans des actions de solidarité en faveur de femmes menacées, aux quatre coins de la planète, qu’elles soient des anonymes ou des figures emblématiques d’une lutte. Elle a notamment eu l’occasion de soutenir et de rencontrer la leader birmane Aung San Suu Kyi, dont la victoire aux élections de son pays, en 1990, a été confisquée par la dictature militaire.
Intellectuelle écoutée, référence majeure de la lutte des femmes, elle a également créé l’Observatoire de la misogynie, ainsi que le Club Parité 2000, puis inauguré l’Espace des femmes, en 2007, un lieu singulier, à la fois forum, librairie et galerie.
Elle a su rassembler autour d’elle de nombreuses femmes et hommes, intellectuels, artistes, politiques, parmi lesquels une soixantaine, dont Edith Cresson, Alain Touraine, Marcel Gauchet, Sonia Rykiel…, ont témoigné de son empreinte sur le monde, dans le livre Hommage à Antoinette Fouque (2014).

Consulter le site web officiel d’Antoinette Fouque
et la page Facebook